La Chine a critiqué la demande de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de poursuivre sur son territoire l’enquête sur les origines du Covid-19, et a de nouveau démenti la théorie d’une fuite de laboratoire.

Cliquez sur l’image pour accéder à notre Édition spéciale!

Les premiers malades du coronavirus ont été identifiés fin 2019 dans la ville de Wuhan dans la province du Hubei, au centre de la Chine. Le coronavirus s’est depuis répandu sur tout le globe.

Plus d’un an et demi après le début de la pandémie, les scientifiques ne parviennent pas à retracer l’origine du Covid-19. Le sujet est d’ailleurs devenu un point de contentieux dans les relations déjà bien tendues entre la Chine et les Etats-Unis.

La Chine a révélé le 31 décembre 2019 à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’existence d’un foyer de pneumonie virale inconnue sur son territoire, et tout particulièrement à Wuhan.

Malgré cette apparition, la Chine assure que le coronavirus n’est pas d’origine chinoise, laissant entendre qu’il aurait pu être importé dans le pays.

La Chine dénonce et dément ardemment la théorie selon laquelle le Covid-19 aurait pu s’échapper d’un de ses laboratoires, en particulier de ceux de l’Institut de virologie de Wuhan, pointé du doigt par l’ex-administration Trump (2017-2021).

Cette hypothèse a longtemps été mise de côté par l’OMS et les scientifiques de plusieurs grands centres de recherche, mais celle-ci est revenue dans le débat américain, puis au sein de la communauté scientifique internationale.

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé un audit des laboratoires dans les régions où les premiers cas de coronavirus ont été identifiés.

Lire aussi : Origine du Covid-19 : l’OMS demande un contrôle des laboratoires en Chine

La Chine a fustigé cette proposition et s’est dit « extrêmement surpris ». Le vice-ministre chinois de la Santé, Zeng Yixin a révèlé un « manque de respect pour le bon sens et une arrogance envers la science ».

Ce dernier a réfuté lors d’un point presse la théorie de la fuite de laboratoire, qualifiée de « rumeur ». L’Institut de virologie de Wuhan « n’a jamais mené de recherches » sur les coronavirus, a-t-il assuré.

Le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus a été accusé durant plusieurs mois par les Etats-Unis d’être trop complaisant envers la Chine. Cependant, il avait demandé en mars des enquêtes supplémentaires.

Lire aussi : L’OMS souhaite une enquête sur l’hypothèse d’une fuite d’un laboratoire en Chine

Laboratoire P4 de l’Institut de Virologie de Wuhan

Des experts internationaux dépêchés à Wuhan par l’OMS, en janvier 2021, avaient pourtant jugé « extrêmement improbable » que le virus provienne d’un laboratoire, privilégiant la piste d’une contamination naturelle par des animaux. Cette conclusion est cependant mise en doute par Washington.

Lire aussi : L’Institut de virologie de Wuhan nie toute responsabilité

L’administration américaine a dénoncé à plusieurs reprises la composition de l’équipe de l’OMS, qui ne comportait pas de spécialistes capables d’évaluer la sécurité des laboratoires.

Le Dr Tedros a lui évoqué un manque de partage par la Chine de « données brutes » sur le virus, ce qui constitue un « problème » pour retracer l’origine de l’épidémie.

Lire aussi : Origine du Covid-19 : l’OMS rejette la théorie de la fuite d’un laboratoire

La Chine critique à son tour un manque de transparence des Etats-Unis. Pour la Chine, et notamment certains médias, le laboratoire de Fort Detrick près de Washingto serait à l’origine du Covid-19.

Ce site est au centre de la recherche américaine contre le bioterrorisme. Selon le quotidien Global Times, quotidien chinois au ton résolument nationaliste, 5 millions d’internautes avaient signé mercredi une pétition pour l’ouverture d’une enquête sur Fort Detrick.