La Chine a réfuté les propos de Mike Pompeo, sur les femmes ouïghoures, attestant qu’ils sont « totalement infondés », et sont un « nouveau mensonge fabriqué » par le secrétaire d’Etat américain.

Hua Chunying, porte parole ministre aff étran

Ce dernier a dénoncé, à l’instar des organisations de défense des droits de l’Homme auprès des ouïghours, le lavage de cerveau, la stérilisation forcée, les tortures physiques, les viols en réunions, ou encore le travail forcé.

« La soi-disant ‘stérilisation obligatoire’ des Ouïghoures est totalement infondée », a indiqué Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, dans un communiqué en réponse aux propos de Mike Pompeo.

Le gouvernement chinois protège les droits et les intérêts de toutes minorités ethniques de manière égale, avec des politiques démographiques préférentielles envers les groupes minoritaires, y compris les Ouïghours, a-t-elle noté.

La porte-parole a indiqué que de 2010 à 2018, la population ouïghoure du Xinjiang est passée de 10,1715 millions à 12,7184 millions, soit une augmentation de 2,5469 millions ou 25,04%, supérieure à la croissance globale de 13,99% enregistrée par la région et beaucoup plus élevée que le taux de 2% des Hans.

« Ces faits et ces données mettent pleinement en évidence le mensonge de M. Pompeo », a déclaré cette dernière. « Le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection des droits des femmes et applique fidèlement la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination des femmes », a-t-elle précisé.

Il y a eu une amélioration notable du statut politique, du niveau d’éducation et des conditions de santé des femmes. Les droits des femmes, dont la liberté d’expression et l’association, sont protégés conformément à la loi.

« En revanche, les Etats-Unis n’ont pas encore ratifié la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination des femmes », a souligné Hua Chunying, ajoutant que les femmes aux Etats-Unis sont toujours confrontées à une discrimination et à une menace systémiques, courantes et institutionnelles.

« Mike Pompeo a-t-il déjà oublié le mouvement ‘Me Too’ initié par les femmes aux Etats-Unis il y a trois ans ? Quant au génocide, en raison des politiques massives d’expulsion, d’assimilation et de meurtre du gouvernement américain, la population des Amérindiens est passée de cinq millions à 250.000 personnes. C’est la définition même du génocide. Quant au racisme, M. Pompeo a-t-il déjà oublié ‘Black Lives Matter' »?

« Les faits sont les faits », a déclaré Hua Chunying, ajoutant que « la communauté internationale ne se sera pas dupe des mensonges de M. Pompeo ».