« Flash 20 » est la nouvelle machine créée par la Chine pour dépister le Covid-19 en seulement 30 minutes, simple, rapide et efficace, la société Coyote va exporter sa machine en Europe et Amériques.

Une entreprise basée en Chine ayant produit la machine « la plus rapide du monde » pour les tests virologiques PCR. La société Coyote compte désormais s’attaquer au marché européen et américain.

Un échantillon prélevé dans les voies respiratoires d’un individu est mélangé à des réactifs, puis introduit dans un appareil noir et blanc de la taille d’une imprimante. Cette machine nommée « Flash 20 », d’un coût de 300.000 yuans (38.000 euros), détecte la présence ou non du nouveau coronavirus.

Elle rend ses résultats en une demi-heure, et la personne testée reçoit directement son analyse sur smartphone. « Elle peut être utile aux hôpitaux pour les urgences. Par exemple lorsqu’un blessé doit subir une opération. On peut déterminer rapidement s’il est infecté ou non », a expliqué Sabrina Li, PDG et fondatrice de l’entreprise Coyote.

« C’est actuellement la machine la plus rapide du monde pour les tests PCR du nouveau coronavirus », a assuré cette dernière, qui a fondé cette compagnie de biotechnologie en Chine, en 2009. Le Flash 20, qui peut tester quatre échantillons simultanément, est surtout utile en cas d’urgence. En Chine, des aéroports s’en servent pour contrôler les passagers venant de l’étranger.

De plus les autorités sanitaires de toute la Chine l’utilisent depuis plusieurs mois pour réaliser des dépistages dans les quartiers confinés pour cause de Covid-19. La Chine est le premier pays à avoir fait face au nouveau coronavirus, le géant asiatique assure avoir endigué l’épidémie grâce à des quarantaines strictes, au port du masque ou encore au suivi des cas contacts via les données personnelles.

Mais le virus circule encore activement ailleurs dans le monde. De fait, le dépistage est donc l’une des armes pour maîtriser l’épidémie. Les tests virologiques PCR sont jugés les plus fiables, mais les manipulations s’avèrent complexes et prennent des heures pour obtenir un résultat.

D’autres méthodes sont utilisées, comme des tests ressemblant à des tests de grossesse, rendant leur résultat en 15 minutes. Cependant, ils sont bien moins sensibles que les tests PCR.

Cliquez sur l’image pour accéder à notre Édition spéciale!

Les responsables de Coyote affirment que le Flash 20 est non seulement rapide mais aussi fiable. Entre février et juillet, 500.000 tests de validation ont été effectués en Chine. L’ensemble des résultats (positifs ou négatifs) de la machine étaient à 97% similaires à ceux des tests PCR classiques.

Outre la certification de la Chine, le Flash 20 a obtenu celles de l’Union européenne et de l’Australie. Coyote espère décrocher celles des Etats-Unis (FDA) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Par ailleurs, deux machines sont en train d’être validées au Royaume-Uni. L’entreprise Coyoye dit être « en négociation » avec des acheteurs français. Les pays occidentaux accepteront-ils de s’équiper en produit chinois, la question reste en suspend. D’autant plus que les fleurons de la technologie chinoise, notamment les conceptions « Made by China », font l’objet de vive critique de la part des Occidentaux, anglo-saxons en tête.

« En matière de développement technologique, l’Occident est bien plus avancé que l’Asie et notamment que la Chine », a indiqué Zang Yuepeng, responsable technique de Coyote chargé de la conception du Flash 20. « Mais l’épidémie de SRAS (2003-2004) a constitué un électrochoc dans le pays et a entraîné une grande ‘réorganisation’ du secteur, qui a depuis beaucoup progressé en recherche et développement », a souligné ce dernier.

« C’est pour ça que dès le déclenchement (du Covid-19), on a pu concevoir et mettre très rapidement ce produit sur le marché », a expliqué Zang Yuepeng à l’Agence France Presse. Cependant, Coyote ne peut fabriquer que 500 machines par mois. La société prévoit toutefois de doubler ce chiffre d’ici fin 2020.