La Chine a annoncé qu’elle apportera une « réponse nécessaire » au dialogue politico-militaire prévu entre les États-Unis et Taïwan, revendiquée par la Chine, affirmant qu’elle s’opposait fermement à l’événement.

La Chine a été irrité par le soutien accru de l’administration américaine, notamment celle de Donald Trump, à Taïwan. Ce soutien se traduit en partie par les nouvelles ventes d’armes et les visites à Taipei de hauts responsables américains, qui ont mis à rude épreuve les liens déjà difficiles entre la Chine et les Etats-Unis.

Lire aussi : La Chine s’insurge contre les ventes d’armes à Taïwan

Le département d’État américain a déclaré que le secrétaire d’État adjoint aux affaires politico-militaires, Clarke Cooper, allait prononcer des «remarques virtuelles» lors du dialogue politique et militaire entre Taïwan et le département d’État, sans toutefois donner d’autres détails.

Pour la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, la Chine va apporter «une réponse nécessaire en fonction de l’évolution de la situation» et qu’elle était «résolument opposée» aux pourparlers entre Taïwan et les Etats-Unis.

La Chine exhorte les États-Unis à «arrêter immédiatement toute forme d’échanges officiels et de liens militaires avec Taïwan, afin d’éviter de nuire davantage à la stabilité dans le détroit de Taïwan et les relations sino-américaines», a-t-elle ajouté.

De son côté, la porte-parole du ministère des affaires étrangères de Taïwan, Joanne Ou, a indiqué que « par respect de notre accord tacite et de notre confiance mutuelle, nous ne détaillons pas le programme en public ».

Taïwan et les Etats-Unis «maintiennent souvent une communication étroite et fluide sur diverses questions d’intérêt commun, afin de continuer à approfondir la coopération à tous les niveaux de la politique, de l’économie et de la sécurité», a déclaré la porte-parole.

Le secrétaire d’État adjoint aux affaires politico-militaires, Clarke Cooper, a rencontré le plus haut diplomate de Taïwan à Washington, Hsiao Bi-khim, en août 2020. A cette occasion, il a déclaré c’était un plaisir de parler avec cette dernière «alors que nous travaillons ensemble pour la paix et la stabilité régionales».