La Chine et ses voisins doivent non seulement réprimer le commerce des espèces sauvages, mais également éviter les échappatoires juridiques permettant l’élevage des espèces porteuses de maladies, ont déclaré les experts de l’OMS.

Une étude dirigée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré qu’il était «vraisemblablement très probable» que le SRAS-CoV-2 ait été transmise aux humains par des chauves-souris via une espèce intermédiaire. Cette annonce met en évidence le rôle crucial de l’élevage de la faune sauvage dans le monde et notamment en Chine.

Lire aussi : L’OMS souhaite une enquête sur l’hypothèse d’une fuite d’un laboratoire en Chine

Tong Yigang, un expert chinois des maladies animales impliqué dans l’étude conjointe, a déclaré que les résultats justifiaient la décision de la Chine, l’an dernier, d’interdire le commerce des espèces sauvages pour la consommation humaine.

Lire aussi : La Chine interdit le commerce et la consommation d’animaux sauvages

Mais le rapport a également montré que des fermes d’animaux sauvages sont encore autorisées à opérer dans l’industrie de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) et de la traite des fourrures en Chine, créant davantage de risques de contagion.

«Avec les fermes, vous avez un grand nombre d’animaux plus ou moins génétiquement homogènes, où un virus peut facilement évoluer», a déclaré Christian Walzer, vétérinaire en chef à la Wildlife Preservation Society de New York.

La Chine a testé des milliers d’échantillons d’animaux pour retracer les origines du coronavirus, mais l’étude indique que d’autres enquêtes sont nécessaires, afin de déterminer lequel est réellement responsable.

Les experts ont également été recommandés des enquêtes dans les élevages de visons et de chiens viverrins, ce que la Chine autorise toujours même s’ils sont sujets aux infections.

Lire aussi : Des marchés d’animaux sauvages seraient de nouveau ouvert

«Le rassemblement de millions d’animaux dans ces industries abusives crée une boîte de Pétri parfaite pour les pandémies, et à moins d’interdire l’élevage de fourrure … nous continuerons à jouer à la roulette russe avec la sécurité publique mondiale», a averti Peter Li, expert chinois chez Humane Society International.

Les lacunes de la réglementation, l’application laxiste des lois et les gangs de trafiquants transnationaux ont permis au commerce des espèces sauvages de se poursuivre, ont déclaré des experts. Les pangolins, un mammifère en voie de disparition, a été identifié comme l’espèce intermédiaire ayant transmis le Covid-19 aux Humains en Chine.

Les écailles de pangolin étaient un ingrédient officiellement reconnu de la MTC – utilisé pour traiter des affections comme l’arthrite jusqu’en 2020. Bien que la Chine ait depuis réprimé, les militants se plaignent que les sanctions restent inégales. D’un coté, certains écopent d’amende, et de l’autre, de sévère peine de prison.

Les trafiquants étrangers restent également en activité. Une zone économique spéciale dans le district frontalier de Mong La au Myanmar, propriété d’entreprises chinoises, est depuis longtemps une source d’écailles de pangolin livrées en Chine.

«Il n’y a pas de véritable contrôle gouvernemental là-bas à Mong La», a déclaré à Reuters Chris Shepherd, directeur exécutif de la Monitor Conservation Research Society, qui étudie le trafic illégal d’espèces sauvages. « Il n’y a aucune forme de mise en application. »

«Dans de nombreux endroits, le commerce d’espèces sauvages n’est pas considéré comme une priorité ni même comme quelque chose de forcément erroné, et nous souffrons d’une pandémie à cause de cela.»

La Chine affirme que la contagion initiale aurait pu se produire au-delà de sa frontière, mais les critiques des occidentaux affirment que les réseaux de commerce d’espèces sauvages au Myanmar et au Laos n’existeraient pas sans la demande et les investissements venus de Chine.

«Je ne pense pas que les Chinois ne soient pas responsables de cela: ils les conduisent», a expliqué à l’agence de presse Reuters Amanda Whitfort, spécialiste du droit du bien-être animal à l’Université de Hong Kong.