« L’indice des prix à la consommation (IPC) de la Chine continue à se situer dans une fourchette raisonnable et le pays est capable d’atteindre l’objectif annuel de 3% face à la flambée de l’inflation mondiale », a déclaré Meng Wei, porte-parole de la Commission nationale du développement et de la réforme, lors d’une conférence de presse.

Cette dernière a indiqué que « le niveau d’inflation de la Chine est nettement inférieur à celui des grandes économies telles que les Etats-Unis et l’Union européenne, le pays reste un stabilisateur important pour les prix mondiaux ».

En effet, la baisse de l’économie chinoise est moins brutale qu’en avril, mais elle reste à la peine en mai. Le pire est sans doute passé, mais la reprise de l’activité économique chinoise reste fargile.

En effet, l’assouplissement progressif des restrictions anti-Covid a permis à la production industrielle de légèrement reprendre en mai (+0,7% sur un an). Mais la consommation et le marché immobilier continuent de se dégrader, avec des ventes de détail en repli de 6,7% sur un an (contre une chute de 11% en avril) et des ventes de maisons encore en chute de 41,7%.

De plus, la politique «zéro Covid» continue de freiner les déplacements et les dépenses des consommateurs. D’autant plus que le taux de chômage reste très élevé. Le secteur des services, grand pourvoyeur d’emplois, voit son activité dans la restauration chuté de 21,1% en mai.

Toutefois, les dernières données du Bureau d’Etat des Statisitiques, l’IPC a augmenté de 2,1% en glissement annuel en mai, à un rythme inchangé par rapport à avril. Tandis que l’indice des prix à la production (IPP), qui mesure le coût des marchandises à la sortie de l’usine, a enregistré une hausse de 6,4% en mai, marquant ainsi une baisse pendant sept mois consécutifs.

« La stabilité de la production et l’offre suffisante de denrées alimentaires, associées à des efforts pour réduire les goulets d’étranglement logistiques, continueront de soutenir la stabilité des prix à la consommation », a déclaré Meng Wei.

Concernant l’IPP, citant l’offre autosuffisante de céréales, d’abondantes ressources en charbon et des mesures visant à stabiliser les prix, Meng Wei s’attend à ce que la hausse de l’IPP continue de se réduire, malgré les perturbations géopolitiques sur le marché international de l’énergie et des céréales.

Le 22 juin, une réunion exécutive du Conseil des Affaires d’Etat est prévue, afin de lancer des mesures politiques plus fermes chaque fois que cela sera nécessaire pour stabiliser l’activité économique, sans recourir à une offre monétaire excessive ni compromettre les intérêts à long terme.

D’ailleurs, face au risque d’instabilité, les autorités ont intensifié leurs mesures de soutien ces dernières semaines. Le Premier ministre, Li Keqiang, a tenu le 25 mai une visioconférence inédite, réunissant quelque 100.000 cadres du PCC de toute la Chine, au cours de laquelle il admit des difficultés sur le plan économique.

Lire aussi : Li Keqiang veut stimuler le marché et la créativité sociale pour une croissance saine

Ainsi, les défis économiques sont «plus grands que lorsque la pandémie a durement frappé en 2020», a-t-il prévenu, appelant à des efforts supplémentaires pour éviter que le PIB ne se contracte au deuxième trimestre.