Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a appelé le 25 décembre le Japon à « diriger le cours des relations bilatérales d’un point de vue stratégique« , après l’entente trouvée entre les dirigeants chinois et japonais, le mois dernier, afin de promouvoir la stabilité et la croissance des relations.

Wang Yi a déclaré dans un discours en ligne lors d’un symposium à Pékin qu’il est important pour les deux voisins asiatiques « d’éviter de faire marche arrière et de faire volte-face, d’être clairvoyants et tournés vers l’avenir » dans leurs relations après avoir commémoré le 50e anniversaire de la normalisation de relations bilatérales en septembre.

Début décembre, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, avait déclaré que le Japon « doit parler et agir prudemment dans les domaines militaire et de la sécurité, et faire davantage en faveur du maintien de la paix et de la stabilité régionales ».

Cette dernière avait réagit, lors d’un point de presse, à une question relative à l’augmentation du budget de la défense du Japon. En effet, le gouvernement japonais a approuvé un budget annuel de 114 000 milliards de yens (810 milliards d’euros), inédit par son ampleur, en raison de dépenses militaires records après une révision profonde de la stratégie de sécurité du pays.

Cette décision vise à faire face à la puissance militaire chinoise et les menaces perçues comme croissantes de la Corée du Nord. D’ailleurs, le Japon prévoit de doubler son budget annuel de défense en le faisant passer d’environ 1% de son PIB à 2% d’ici 2027.

Mao Ning a indiqué que le budget de la défense du Japon a augmenté durant dix années consécutives, et que « le Japon a tendance à exacerber les tensions régionales et à chercher des percées militaires ». Cette dernière a ajouté que « ces mouvements dangereux ont suscité de forts doutes parmi ses voisins asiatiques et la communauté internationale quant à la capacité du Japon à s’en tenir à une politique exclusivement axée sur la défense et à la voie du développement pacifique ».

Lire aussi : Les dirigeants de la Chine et du Japon veulent apaiser les tensions

« Le Japon doit sérieusement réfléchir à son histoire d’agression, respecter les préoccupations de ses voisins asiatiques en matière de sécurité, parler et agir avec prudence dans les domaines militaire et de la sécurité, et faire davantage en faveur du maintien de la paix et de la stabilité régionales », a-t-elle indiqué.