L’attrait des chinois pour le vin s’intensifie d’année en année, tout comme sa commercialisation à l’international.

Selon les données du groupe australien Wine Australia le volume total des exportations de vins australiens dans le monde a connu une hausse de 10% entre mars 2017 et mars 2018. Cette croissance vient en partie de la forte demande sur le marché chinois.

En un an, le volume total des exportations de vins australiens dans le monde a atteint 844 millions de litres, pour une valeur en hausse de 16% s’établissant à 2,65 milliards de dollars australiens (1,65 mds €), soit le plus haut niveau jamais atteint en dix ans. Entre mars 2017 et mars 2018, les exportations de vins australiens vers la Chine ont bondi de 51%, pour atteindre 1,01 milliard de dollars australiens (648 M€).

Pour Anne Ruston, ministre australienne de l’agriculture et des ressources en eau, «l’accord de libre-échange signé entre l’Australie et la Chine ont permis de créer un espace d’échange propice au commerce du vin et offre aux producteurs australiens l’opportunité de développer leur activité et d’augmenter leurs ventes».

Avec la levée des barrières douanières des vins australiens importés en Chine, qui rentrera en vigueur le 1er janvier 2019, le pays peut s’attendre à une forte hausse des exportations.

Les importations de vins en Chine proviennent pour 35% de France, suivie par l’Australie (environ 17% de parts de marché), l’Espagne (environ 15% de parts de marché) et le Chili (environ 12% de parts de marché).

L’Australie et le Chili ont tous deux signé des accords de libre-échange avec la Chine pour supprimer les droits de douane sur le vin. De son côté, Andreas Clark, directeur général de Wine Australia, a expliqué que «cette levée des barrières douanières permettra aux vins australiens de concurrencer les grands producteurs comme la France, l’Italie et l’Espagne».

Le livre blanc consacré au marché du vin publié par la Chine rappelle que les importations de vin vers la Chine ont explosé ces cinq dernières années. Entre 2013 et 2017, ces importations ont doublé, passant d’un volume total de 377 millions à 746 millions de litres.

D’ailleurs, selon une étude quinquennale (2016-2021) publiée en février 2018 par Vinexpo/IWSR (International Wine and Spirit Research), la valeur du marché chinois atteindra en 2021, 23 milliards de dollars (18,83 mds €), une hausse de 53,3% sur 2016 (12,3 mds €).

Guillaume Deglise, PDG de Vinexpo, avait expliqué qu’en Chine, «l’affichage des connaissances et de l’éducation remplacent la richesse comme indicateur de statut social et le vin devrait être un des principaux bénéficiaires» de cette tendance.

Les auteurs de l’étude ont expliqué que «la puissance de la région Asie-Pacifique et le rôle de Hong Kong en tant que centre d’affaires majeur sont mis en évidence par la croissance régionale prévue au cours des cinq prochaines années, qui devrait passer de 29 milliards de dollars en 2016 à 40,8 milliards en 2021».