La Chine, la Russie, le Pakistan et l’Iran «espèrent que le nouveau gouvernement afghan sera inclusif, antiterroriste et amical avec ses voisins», a déclaré Wang Yi, ministre des affaires étrangères de Chine.

«En tant que voisins importants de l’Afghanistan et pays influents de la région, la Chine, la Russie, le Pakistan et l’Iran doivent renforcer la communication et la coordination, faire l’unanimité, exercer une influence positive et jouer un rôle constructif dans la promotion d’une transition en douceur de la situation en Afghanistan», a déclaré le  conseiller d’État et ministre chinois des Affaires étrangères chinois, avec de hauts responsables russes, pakistanais et iraniens lors d’une réunion informelle sur l’Afghanistan dans la capitale tadjike Douchanbé.

Le ministre Wang Yi a fait cinq propositions sur la prochaine étape de la coordination sur la question afghane,

  • exhorter les États-Unis à s’acquitter de leurs obligations de fournir une assistance économique et humanitaire à l’Afghanistan,
  • contacter et guider l’Afghanistan pour former une structure politique inclusive et mettre en œuvre des politiques intérieures et étrangères modérées
  • respecter les droits fondamentaux des minorités ethniques, des femmes et des enfants,
  • aider le pays à s’intégrer dans les réseaux régionaux de coopération économique et de connectivité,
  • réaliser le développement économique et prévenir le débordement des risques pour la sécurité.

Cette réunion informelle s’est déroulée en présence du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, du ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi et de l’assistant du ministre iranien des Affaires étrangères Seyed Rasoul Mousavi.

Lors d’un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Douchanbé, Wang Yi a déclaré que la Chine était prête à renforcer la coordination avec la Russie pour traiter conjointement la question de l’Afghanistan, inciter les pays occidentaux dirigés par les États-Unis à assumer leur responsabilité et à sauvegarder conjointement la paix et la stabilité régionales.

Wang Yi a également appelé la Russie à communiquer et à se coordonner avec la Chine dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) pour maintenir conjointement la paix et la prospérité dans la région Asie-Pacifique, et à travailler ensemble pour répondre aux divers défis mondiaux.

De son côté, Serguei Lavrov a déclaré que la Russie est prête à travailler avec la Chine pour aider l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à exercer une plus grande influence, renforcer la coordination sur la question afghane et sauvegarder conjointement la paix et la stabilité dans le centre Asie, a poursuivi le chef de la diplomatie russe.

Lire aussiLa Chine veut donner un rôle plus important à l’OCS

Vladimir Poutine et Xi Jinping

Pour le président russe, Vladimir Poutine, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), menée par Moscou et Beijing, doit s’imposer comme un partenaire des talibans afin qu’ils tiennent leurs promesses de lutte contre le «terrorisme».

L’OCS, qui regroupe l’Inde, la Chine, la Russie et plusieurs pays d’Asie centrale, se veut un pendant à l’influence américaine même si son action concrète reste limitée.

«Il est important de mobiliser le potentiel de l’organisation pour faciliter le début d’un dialogue interafghan inclusif et afin aussi de bloquer les menaces du terrorisme, du trafic de drogue et de l’extrémisme religieux provenant de ce pays», a déclaré Vladimir Poutine, participant par vidéo au sommet de l’OCS à Douchanbé, capitale du Tadjikistan.

«Les talibans contrôlent pratiquement tout le territoire de l’Afghanistan et il faut stimuler les nouvelles autorités afghanes pour qu’elles tiennent leurs promesses», a-t-il ajouté. Ce dernier, à l’instar du ministre Wang Yi, a évoqué leur engagement à «établir la paix, normaliser la vie publique et garantir la sécurité de tous».

Le dirigeant chinois, Xi Jinping, qui a également participé au sommet par vidéo, lui a appelé à «encourager l’Afghanistan à mettre en place un cadre politique large et inclusif», «à combattre résolument toute forme de terrorisme» et à vivre en paix avec ses voisins.

Tandis que le président tadjik Emomali Rakhmon a appelé, lors du sommet, à créer «une ceinture de sécurité fiable autour de l’Afghanistan» pour empêcher une éventuelle étendue des «groupes terroristes».  

Pour sa part, le Premier ministre du Pakistan, Imran Khan, s’est réjouit d’une «rare opportunité de mettre fin à 40 ans de guerre en Afghanistan», tout en appelant les talibans à assurer la présence de tous les groupes ethniques au sein de leur gouvernement.

L’Iran, dont l’adhésion à l’OCS a été approuvée, a annoncé de son côté son intention d’accueillir en octobre une réunion quadripartite (Russie, Iran, Chine, Pakistan) sur l’Afghanistan.