Lors de son allocution virtuelle au Forum économique de Davos, le président chinois Xi Jinping a mis en garde lcontre une « nouvelle guerre froide » et s’est posé en champion du multilatéralisme.

Xi jinping au Forum de Davos 2021

Le 25 janvier, à l’ouverture du Forum économique mondial, Xi Jinping s’est érigé en défenseur du multilatéralisme et de la mondialisation, comme il l’avait déjà fait en 2017 lors de ce même forum, avant l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

« Bâtir des clans ou déclencher une nouvelle guerre froide, rejeter, menacer ou intimider les autres, imposer le découplage, le bouleversement des chaînes d’approvisionnement ou des sanctions afin de provoquer l’isolement ne fera que pousser le monde dans la division et même la confrontation« , a averti Xi Jinping.

Alors que l’administration Biden est attendue sur sa politique face à la Chine. Donald Trump avait opté pour une confrontation ouverte et des attaques verbales, sans effets sur le niveau du déficit commercial américain avec la Chine.

Le terme de « guerre froide » est apparue dans le langage des dirigeants chinois en mai 2020, lorsque le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré que la Chine et les Etats-Unis sont «au bord d’une nouvelle Guerre froide».

Ce dernier a déploré le 24 mai 2020 le regain de tensions avec Washington autour de l’épidémie de Covid-19.

Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise

Les premiers malades du nouveau coronavirus ont été signalés en décembre 2019 dans la ville chinoise de Wuhan (centre), puis s’est répandu sur la planète et fait quelque des millions de morts.

Donald Trump a accusé à de nombreuses reprises les autorités chinoises d’avoir tardé à communiquer des données cruciales sur la gravité du Covid-19, dont la propagation aurait pu, selon lui, être endiguée.

«Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis» a regretté devant la presse le chef de la diplomatie chinoise, sans nommer le président américain. «Ce virus politique saisit toutes les occasions pour attaquer et diffamer la Chine», a dénoncé Wang Yi.

La Chine et les Etats-Unis étaient à l’époque (et encore aujourd’hui) déjà à couteaux tirés depuis 2018 : Donald Trump a lancée une guerre commerciale à base de surtaxes douanières réciproques. Mais la pandémie de nouveau coronavirus a poussé la tension entre les deux puissances à des sommets.

«Certaines forces politiques américaines prennent en otage les relations entre la Chine et les Etats-Unis et poussent nos deux pays au bord d’une nouvelle Guerre froide» avec la crise du coronavirus, a regretté Wang Yi.