La Chine réitère sa position sur la question de la Mer de Chine méridionale

par | Août 16, 2021 | DOSSIERS, Mers de Chine

Le 4 août 2021, lors de sa participation à la 11ème réunion des Ministres des Affaires étrangères du Sommet de l’Asie de l’Est, le conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a exposé la position de principe de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale.

Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise

Wang Yi souhaite que toutes les parties concernées fassent preuve de «quatre respects» concernant la situation en mer de Chine méridionale, et a demandé aux forces extérieures de ne pas tirer les ficelles dans les coulisses en Mer de Chine méridionale. La Chine a ainsi mit en exergue ces «quatre respects» :

Premièrement, il fallait respecter les faits. La Chine est le premier pays à avoir découvert, nommé et exploité les Nanhai Zhudao (les îles Mer de Chine méridionale) et les eaux concernées, et elle y a exercé la souveraineté et la juridiction en premier et de manière continue, pacifique et effective.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement chinois a récupéré, conformément à la Déclaration du Caire et à la Déclaration de Potsdam, les Nanhai Zhudao illégalement occupés par le Japon, ce qui était une partie importante de l’ordre mondial après la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 1950 et 1960, les États-Unis ont demandé à plusieurs reprises à la Chine de leur permettre d’effectuer la topographie des îles Nansha. Des cartes publiées officiellement par le Japon et d’autres pays ont également étiqueté les îles Nansha comme territoire de la Chine. Ce sont des faits qui sont bien documentés dans l’histoire et qui ne peuvent être niés.

Deuxièmement, il faut respecter les lois. Selon le droit international, la Chine a la souveraineté sur les îles Nansha et a ainsi naturellement les droits et intérêts maritimes correspondants.

Cela n’est pas incompatible avec les dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer fixée plus tard. La Chine n’a jamais modifié le fondement de sa revendication et n’en a formulé aucune nouvelle. Certains ont dit que la Chine revendiquait toutes les eaux à l’intérieur de la ligne discontinue comme ses eaux intérieures et sa mer territoriale, ce qui est une déformation délibérée de la position de la Chine.

Troisièmement, il faut respecter le consensus. Adhérer au règlement pacifique des différends entre les pays directement concernés par les consultations et les négociations est un engagement conjoint pris par la Chine et les pays de l’ASEAN dans la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale.

Toutes les parties doivent continuer de le respecter et de le mettre en œuvre par des actions concrètes, notamment en s’abstenant de prendre toute action unilatérale susceptible d’aggraver les tensions et les divergences, et de recourir à la force ou à la menace de la force.

Cliquez sur l’image pour en savoir plus sur le sujet!

Dans le même temps, la conclusion rapide d’un «Code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC)» plus contraignant est un nouvel objectif fixé par la Chine et les pays de l’ASEAN. Nous sommes parvenus à un consensus sur la conclusion rapide des règles régionales effectives, substantielles et conformes au droit international, notamment la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Nous continuerons de surmonter les perturbations de la pandémie et de faire progresser ce travail avec détermination.

Quatrièmement, il faut respecter les pays régionaux. Grâce aux efforts conjoints de la Chine et des pays de l’ASEAN, la situation reste stable en Mer de Chine méridionale dans son ensemble et aucun problème de liberté de navigation et de survol n’y a été signalé.

Cependant, certains pays en dehors de la région, en se creusant la tête pour semer des troubles, ont arbitrairement fait entrer un grand nombre de navires et d’avions de guerre sophistiqués en Mer de Chine méridionale, incité délibérément d’autres pays en dehors de la région à « montrer les muscles » en Mer de Chine méridionale et semé ouvertement la discorde entre les pays de la région, en particulier les pays concernés.

La Chine et les pays de l’ASEAN doivent rester vigilants face aux intentions malveillantes des forces extérieures et dire fermement « non » à tout acte qui sape l’intérêt général de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale et qui détruit la solidarité et la coopération des pays de la région ! Dans le même temps, nous tenons à avertir solennellement ces forces extérieures : respectez les efforts des pays de la région visant à sauvegarder la paix et cessez de vous ingérer dans les affaires en Mer de Chine méridionale !

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :