La Chine a renoncé à 23 prêts sans intérêt alloués à des pays africains au cours du mois d’août, ce qui a représenté 1,1% ou moins des prêts chinois au continent, selon une étude publiée lundi.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré en août qu’il avait annulé 23 prêts à 17 pays africains qui arrivaient à échéance en 2021. Les prêts annulés étaient d’une durée de 10 à 30 ans et valaient jusqu’à 610 millions de dollars au total, ont estimé des chercheurs de l’Université de Boston.
Ces derniers ont utilisé une base de données des prêts de l’Etat chinois qu’ils ont compilé pour mener leur étude.

Lire aussi :

Depuis 2000, la Chine a renoncé à certains prêts aux pays africains lorsqu’elle a annulé des prêts accordés dans les années 1980 et 1990. Cependant, selon les experts américains, la Chine adopte généralement une position plus dure sur la restructuration des prêts aux nations en développement dans le cadre de son initiative « Belt and Road » (BRI) lancée en 2013.

Les créanciers publics chinois se sont engagés à accorder 53,8 milliards de dollars de prêts à l’Afrique entre 2000 et 2012, selon la base de données de l’Université de Boston, qui suit les prêts accordés depuis 2000. Selon leur analysé, les prêts annulés en août 2022 ne représentent qu’une infime partie.

« L’octroi et l’annulation (de prêts sans intérêt) sont des outils diplomatiques et symboliques importants dans les pratiques de prêt de la Chine », a indiqué le rapport, rédigé par Jyhjong Hwang et Oyintarelado Moses.

Ils ajoutent que ces prêts « s’apparentent davantage à des instruments de politique étrangère qu’à des instruments financiers axés sur les résultats ».

Les prêts sans intérêt de la Chine à l’Afrique, qui ont notamment financé des bâtiments gouvernementaux, des stades et des hôpitaux, sont généralement traités comme des subventions, selon les chercheurs.