Les autorités chinoises ont réagit au Brexit assurant « respecter » la décision des électeurs britanniques de quitter l’Union européenne (UE). Hua Chunying, porte-parole du ministère des affaires étrangères a cependant indiqué que le gouvernement souhaitait une Europe « prospère et stable ».

En octobre 2015, lors de la visite du président Xi Jinping à Londres, le Premier ministre, David Cameron voulait faire de la City « la tête de pont financière chinoise en Occident ». Les deux pays ont mit en avant une nouvelle ère dans leurs relations.

Cependant, lors d’une conférence de presse sur l’organisation du G20, le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, avait assuré que « la direction prise par la Grande-Bretagne sera décidée par le peuple britannique ». Mais le gouvernement chinois « souhaite voit le processus d’intégration européen se développer ».

Lors d’un point presse, ce 24 juin, Hua Chunying a assuré que le gouvernement « aborde ses relations avec le Royaume-Uni et l’UE depuis une hauteur stratégique et une perspective à long terme et soutient le choix indépendant de l’UE concernant sa voie de développement ».

« La Chine souhaite toujours renforcer ses relations avec le Royaume-Uni », a affirmé la porte parole du ministère. D’autant plus que le Royaume-Uni signe pour 50 milliards d’euros de contrats avec la Chine, en octobre, dans les secteurs tels que le tourisme, l’aviation et l’énergie.

Toutefois, l’impact de ce Brexit « se fera ressentir sur tous les plans, pas seulement sur les relations sino-britanniques. Quant à la question de savoir de quel type d’impact il s’agira, je pense que toutes les parties mèneront une évaluation de manière posée et sérieuse ».

Cette dernière a assuré que les autorités soutiennent « le processus d’intégration européenne et souhaite voir l’Europe jouer un rôle positif dans les affaires internationales. Nous avons pleinement confiance dans les perspectives de développement des relations sino-européennes ».