Le régulateur bancaire chinois a resserré les règles régissant la manière dont les plates-formes de prêt en ligne financent leurs prêts.

Selon les analystes, cette décision pourrait nuire à la valorisation de la filiale de Jack Ma, Ant Group, a rapporté le quotidienne britannique, Financial Times.

Selon les changements de règles annoncés par la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances, les plates-formes de prêt en ligne devront contribuer à hauteur de 30% du financement des prêts qu’elles proposent en partenariat avec les banques.

Le CBIRC plafonnera également le capital que les banques commerciales peuvent s’engager dans les prêts en ligne en coopération avec les plateformes technologiques. Les nouvelles règles entreront en vigueur l’année prochaine.

Ant Group, qui utilise des algorithmes pour déterminer les prêts auxquels les particuliers sont éligibles, devrait subir encore plus de pressions sur les évaluations en raison des nouvelles règles, ont déclaré des experts, a souligné le FT.

Wong Kok Hoi, le fondateur d’APS Asset Management, a déclaré que les règles étaient susceptibles de forcer l’échelle actuelle des prêts fintech à « se contracter de manière significative » en Chine.

De plus, les changements pourraient obliger les entreprises à fonctionner davantage comme des banques commerciales. «Le modèle commercial d’Ant devra être radicalement repensé», a-t-il déclaré ce dernier.