La Chine soutient tous les efforts propices à la résolution pacifique de la « crise » en Ukraine, a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, devant l’Assemblée générale des Nations unies, le 24 septembre, ajoutant que la priorité absolue était de faciliter les discussions de paix.

Dans son allocution, Wang Yi a déclaré que la solution fondamentale consistait à répondre aux « préoccupations légitimes de toutes les parties en matière de sécurité. »

Ce dernier a rencontré le 23 septembre son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, lui assurant que la Chine appelait à respecter «la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays».

Les deux hommes se sont entretenus en marge de l’assemblée générale de l’ONU à New York, leur première rencontre publique depuis le début de l’intervention militaire russe le 24 février 2022.

Cette rencontre, qui pourrait contrarier la Russie, intervient au moment où des référendums d’annexion par la Russie ont débuté le 23 septembre dans des régions d’Ukraine contrôlées entièrement ou en partie par Moscou. Ces scrutins, qualifiés de «simulacres» par Kiev et les Occidentaux, marquent une escalade du conflit.

«Le président chinois Xi Jinping a souligné que la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays devaient être respectées, que les buts et principes de la Charte des Nations Unies devaient être pleinement» a indiqué Wang Yi à son homologue ukrainien.

Il s’agit du point de vue qui fait autorité en Chine sur la question ukrainienne, et c’est également le principe fondamental de la Chine dans l’examen et la gestion de cette question, a indiqué le ministre chinois.

Ce dernier a souligné qu’en tant que grand pays responsable et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la Chine s’était toujours engagée à promouvoir les pourparlers de paix, ne restait jamais les bras croisés, n’ajoutait jamais d’huile sur le feu et ne profitait jamais de la situation pour ses propres intérêts.

«Les préoccupations légitimes de sécurité de tous les pays devaient être prises au sérieux et que tous les efforts propices au règlement pacifique de la crise devaient être soutenus», a également indiqué le ministre chinois, dans une référence aux inquiétudes de son pays et la Russie vis-à-vis de l’expansion de l’Otan.

Les deux hommes s’étaient déjà parlé au téléphone mais ne s’étaient pas encore rencontrés. Signe que la Chine semble vouloir équilibrer sa position, officiellement neutre mais parfois jugée trop conciliante avec Moscou par les Occidentaux. Wang Yi avait déjà rencontré cette semaine à New York le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

«La Chine s’est toujours engagée à promouvoir des pourparlers de paix, sans jamais rester les bras croisés, jeter de l’huile sur le feu ou profiter de la situation pour en tirer un bénéfice personnel», a déclaré vendredi Wang Yi à son homologue.

À l’issue de la rencontre, le compte Twitter de Dmytro Kouleba a publié la photo d’une poignée de main entre les deux hommes, sur fond de drapeaux chinois et ukrainien. «Mon homologue a réaffirmé le respect de la Chine pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ainsi que son rejet du recours à la force comme moyen de résoudre les différends», a souligné ce dernier sur les réseaux sociaux.

Le ministre chinois Wang Yi a assisté le 22 septembre à la réunion des ministres des Affaires étrangères du Conseil de sécurité des Nations Unies sur l’Ukraine, où il a présenté une proposition en quatre points :

  • il est indispensable de maintenir le cap sur la promotion des dialogues et des négociations.
  • des efforts conjoints doivent être faits pour apaiser les tensions.
  • la situation humanitaire doit être soulagée.
  • tous les efforts doivent être faits pour contenir les répercussions.