La Chine ciblerait le système de satellites d’Elon Musk et disposerait désormais d’un modèle pour simuler des attaques à haute altitude, selon le site Asia Time.

La Chine a simulé l’utilisation d’armes nucléaires pour détruire des satellites en orbite proche de la Terre. Cette simulation a montré la capacité de la Chine à éliminer plusieurs constellations de satellites ennemis utilisées pour soutenir des opérations militaires.

Le Northwest Institute of Nuclear Technology, un institut de recherche basé à Xi’an et dirigé par l’Armée populaire de libération, a affirmé avoir développé un modèle pour évaluer les performances des armes nucléaires anti-satellites à différentes altitudes et rendements avec des détails et une précision sans précédent.

La simulation de l’équipe de recherche a montré qu’une ogive de 10 mégatonnes pourrait détruire des satellites si elle explosait à une altitude de 80 kilomètres, l’explosion transformant les molécules d’air en un nuage en forme de poire de particules radioactives pouvant provoquer des pannes et endommager les satellites, a déclaré le physicien nucléaire, Liu Li et son équipe.

Cependant, ces derniers ont écrit dans un article publié dans la revue à comité de lecture Nuclear Techniques qu’une explosion nucléaire dans l’espace serait inefficace, car le manque d’air ne générerait pas de gros nuage radioactif.

De plus, l’atmosphère terrestre capturerait la plupart des particules à haute énergie créées par l’explosion et les répandrait autour du globe sous forme de ceinture de rayonnement, menaçant un large éventail d’engins spatiaux.