Le président chinois Xi Jinping a annoncé que la Chine allait fonder un Centre mondial de l’innovation et de la connaissance pour le transport durable. Il s’agira également d’accélérer le développement de l’initiative des nouvelles Routes de la soie verte et numérique.

Ces deux annonces entrent dans le cadre des contributions majeures de la Chine au développement d’un transport durable mondial.

Xi Jinping a fait cette annonce lors d’un discours à la cérémonie d’ouverture de la Conférence des Nations unies sur le transport durable mondial, qui a débuté jeudi à Beijing et en ligne.

Cette conférence a eu lieu deux jours après le lancement de la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique (CDB), qui se tient à Kunming dans la province chinoise de Yunnan (sud-ouest). Xi Jinping y a souligné « le rôle croissant de la Chine et de ses contributions dans la résolution des questions d’importance mondiale ».

Dans son discours, le président Xi Jinping a souligné l’ampleur des changements et des défis posés par la pandémie de Covid-19 à l’économie mondiale et à la vie des peuples, appelant à une coopération mondiale pour résoudre les problèmes dans le secteur des transports.

«Il est impératif que nous suivions la tendance prédominante du développement mondial, que nous fassions avancer la coopération mondiale en matière de transport et que nous écrivions un nouveau chapitre dans la connectivité des infrastructures, la suppression des entraves au commerce et à l’investissement, ainsi que les interactions entre les civilisations», a déclaré Xi Jinping.

Par la suite, il a annoncé plusieurs plans visant à soutenir le transport durable mondial, dont la création du Centre de l’innovation.

La Chine possède un développement rapide de son réseau domestique des transports et sa connectivité croissante avec le reste du monde grâce à des échanges commerciaux considérables. Raison pour laquelle, certains responsables assurent que « la Chine joue un rôle crucial dans les efforts de promotion d’un transport durable par les Nations unies ».

«Le choix des Nations unies d’organiser cette conférence en Chine plutôt que dans les pays développés correspond à leur objectif de réaliser un développement commun pour les pays en développement, dans lequel la Chine offre un modèle en matière de développement des transports, notamment pour les pays et régions le long des nouvelles Routes de la soie», a indiqué Liu Daizong, le directeur pour la Chine du Centre Ross pour les villes durables affilié à l’Institut mondial des ressources (WRI pour World Resources Institute).

Ce dernier a expliqué que la Conférence des Nations unies sur le transport durable mondial vise à faire progresser le transport durable à l’échelle mondiale, et assure l’accomplissement du programme de développement durable à l’horizon 2030 («Agenda 2030») des Nations unies, indiquent les organisateurs.

Pour les experts, cet évènement multilatéral survient à un moment crucial, alors que l’économie mondiale s’efforce de se rétablir de la pandémie. « A cette fin, les rôles des transports mondiaux et des chaînes d’approvisionnement sont devenus d’autant plus vitaux », ont indiqué des experts lors d’un point presse.

«Les perturbations des chaînes mondiales d’approvisionnement engendrées par la pandémie, notamment aux Etats-Unis et en Asie du Sud-Est, sont devenues un problème commun, qui nécessite d’être résolu par le biais d’efforts mondiaux. Il est grand temps que les pays et les régions renforcent la coopération dans les transports, plutôt que de s’engager dans un soi-disant découplage», a expliqué Liu Daizong.

D’autant plus que ces derniers mois, le manque d’effet des opérations dans les ports américains a engendré une augmentation des coûts du fret maritime entre la Chine et les Etats-Unis, avec des conteneurs vides ne revenant pas suffisamment rapidement en Chine.

D’ailleurs, outre les mesures concernant les changements climatiques, le transport durable couvre également la promotion de l’énergie verte par le biais de l’innovation technologique.

Les nations «doivent prendre cette conférence comme une occasion en or pour parvenir à un consensus, formuler des politiques et des mesures adaptées, mais également établir une feuille de route. […] Il est devenu urgent d’établir un transport sûr, vert, efficace, bon marché et durable du transport à l’échelle mondiale, et d’autres mesures doivent être prises pour réaliser le plus rapidement possible la transition vers un modèle de transport durable», a expliqué Bai Ming, le directeur adjoint de l’Institut de recherche sur le marché international affilié à l’Académie chinoise de commerce international et de la coopération économique (CAITEC).

Ce dernier a expliqué qu’au cours de ces dernières années, la Chine a engagé d’importants efforts pour conserver l’énergie, réduire les émissions et développer un transport bas carbone, afin de stimuler le développement économique.

D’ici 2035, les véhicules purement électriques devraient constituer la majeure partie des ventes de véhicules à énergies nouvelles (VEN) en Chine, qui représente aujourd’hui le plus grand marché au monde dans ce secteur, tandis que les véhicules utilisés dans les transports publics seront exclusivement électriques, révèle un plan de développement pour le secteur des VEN entre 2031 et 2035, dévoilé par le Conseil des affaires d’Etat en novembre 2020.

Selon les experts, l’énergie économisée annuellement par les transports verts dans les provinces et les villes, mais aussi par les autoroutes vertes, les ports verts et les autres projets de démonstration, a dépassé les 630 000 tonnes équivalent charbon.