La Banque populaire de Chine a demandé aux banques locales de relancer un outil de fixation du yuan qu’elles ont abandonné il y a deux ans. Les autorités cherchent à piloter et à défendre la monnaie qui s’affaiblit rapidement, a déclaré une source à l’agence de presse, Reuters.

Cette source, qui connaît bien le processus de fixation du taux du yuan, a déclaré que les autorités monétaires incitaient les banques à inclure le facteur dit anticyclique dans leurs fixations quotidiennes du taux de change étroitement géré.

L’ajustement sera réalisé aux cotations du yuan de 14 banques. La Banque populaire de Chine (PBOC) utilise ces cotations du yuan afin de fixer le taux de référence quotidien, introduisant effectivement un biais dans le taux de fixation.

Cet outil a été abandonné en 2020 lorsque le yuan a fortement augmenté et que les autorités ont décidé de laisser le marché dicter le taux autour duquel le yuan est autorisé à évoluer.

La source de Reuters a déclaré que certaines banques, qui fournissent les cotations de fixation, avaient été invitées à commencer à inclure le facteur anticyclique, ou facteur X, et que cette modification pourrait intervenir dans les jours à venir.

Les 14 banques contributrices sont les principaux membres du China FX Market Self-Regulatory Framework, qui sert de mécanisme d’autorégulation et de coordination du marché.

Cette mesure vise à restaurer et à renforcer la nature flottante bidirectionnelle du yuan, a déclaré la source à Reuters. D’autres mesures ont été prises par les autorités pour instaurer un plancher sous le yuan, qui est en baisse de plus de 11% par rapport à un dollar américain dopé en 2022 par rapport à la plupart des devises mondiales par la flambée des taux d’intérêt américains.

Le yuan

Un ralentissement de l’économie nationale et des sorties de flux de portefeuilles étrangers ont fait monter la pression sur la monnaie chinoise, le renminbi (yuan). Les pertes se sont accélérées après que la banque centrale chinoise a réduit les taux d’intérêt clés en août, cela a élargit sa position politique par rapport aux autres grandes économies qui augmentent les taux de manière agressive pour combattre l’inflation.

Les autorités chinoises ont fait des efforts pour freiner la faiblesse du yuan, en fixant de manière persistante des points médians plus fermes que prévu, en lançant des avertissements verbaux et en retardant les efforts majeurs d’assouplissement monétaire.

ll s’agit de la 24e session de négociation consécutive où le yuan était plus fort que les projections du marché lors de la fixation officielle du point médian, limitant la baisse du yuan.

La Banque populaire de Chine a lancé une série de mesure au cours du mois de septembre, augmentant le coût de la vente à découvert de la devise en réduisant le montant des réserves de devises étrangères que les institutions financières doivent détenir et en rétablissant les exigences de réserve de risque sur les devises achetées à terme.

La Chine a introduit le facteur anticyclique en 2017 afin de mieux refléter l’offre et la demande du marché, de diminuer les possibles « effets de troupeau » sur le marché et d’aider à guider les participants au marché à se concentrer davantage sur les fondamentaux macroéconomiques.

La Chine a également ajusté sa méthodologie à plusieurs reprises pour faire face aux conditions du marché et maintenir la stabilité de la monnaie, avant de supprimer progressivement l’outil en octobre 2020, lorsque le yuan a fortement augmenté.