lundi, juillet 15

La Chine veut stimuler les ventes de voitures et de produits électroniques

Les autorités chinoises ont annoncé le 21 juillet des mesures visant à stimuler les ventes d’automobiles et de produits électroniques, afin de soutenir la reprise post-COVID de l’économie chinoise qui peine à se concrétiser.

« Les régions seront encouragées à augmenter les quotas annuels d’achat de voitures et des efforts seront faits pour soutenir les ventes de véhicules d’occasion« , selon une déclaration publiée par 13 agences gouvernementales, dont la Commission nationale pour le développement et la réforme, l’organe de planification économique de la Chine.

Dans un contexte de ralentissement de la reprise économique post-COVID-19, le gouvernement chinois a identifié le secteur automobile comme un levier pour soutenir la croissance. Pour cela, le gouvernement a prolongé le mois dernier jusqu’en 2027 une exonération fiscale sur l’achat de véhicules dits à énergie nouvelle (NEV).

Lire aussi : La Chine prolonge de quatre ans des mesures pour l’achat de véhicules propres

Cependant, la demande intérieure est restée faible et le premier marché automobile mondial fait face à une guerre des prix déclenchée par Tesla en janvier 2023, qui s’est depuis étendue à plus de 40 marques.

En mars 2023, l’association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM) a exhorté l’industrie automobile et les autorités à limiter les réductions de prix pour assurer un développement stable du secteur.

« Les localités ne doivent pas mettre en oeuvre des politiques protectionnistes et éviter une concurrence vicieuse« , a souligné la déclaration publiée le 20 juillet.

Dans une autre déclaration concernant la vente de produits électroniques, le gouvernement a indiqué que les autorités devraient encourager les instituts de recherche scientifique et les entités du marché à appliquer activement la technologie chinoise d’intelligence artificielle (IA) pour améliorer les niveaux d’intelligence des produits électroniques.

Ces nouvelles annonces, similaires à celles présentées ces derniers mois, n’ont pas ravi le marché, qui a été déçu par la faible croissance de la Chine au deuxième trimestre et s’attendait à des mesures de relance plus importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *