La Chine a décidé de donner la priorité aux énergies non fossiles, en remplaçant les énergies à forte teneur en carbone par des énergies à faible émission de carbone et les énergies fossiles par des énergies renouvelables.

Selon le Livre blanc blanc intitulé « L’énergie dans la nouvelle ère de la Chine« , la Chine va faciliter l’utilisation de l’énergie solaire, développe l’énergie éolienne, l’hydroélectricité et une énergie nucléaire sûre et structurée tout en faisant progresser le développement de la biomasse, de la géothermie et de l’énergie des océans en fonction des conditions locales.

Publié par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’État, le Livre blanc assure que la Chine va « augmenter le taux global d’utilisation des énergies renouvelables, avec un taux moyen du pays de consommation d’énergie éolienne atteignant 96%, celui de l’énergie solaire photovoltaïque s’élevant à 98%, et celui de l’énergie hydraulique dans les principaux bassins fluviaux s’établissant à 96% en 2019« .

Admettant que le charbon reste la source d’énergie de base de la Chine, le gouvernement atteste que la production annuelle de charbon brut du pays se situe entre 3,41 milliards de tonnes et 3,97 milliards de tonnes depuis 2012.

Se voulant plus responsable, la Chine va faciliter l’utilisation sûre, intelligente et écologique du charbon. De 2016 à 2019, la Chine a réduit sa capacité de production de charbon obsolète de plus de 900 millions de tonnes par an en moyenne.

En 2019, l’intensité des émissions de carbone du pays avait diminué de 48,1% par rapport à 2005, ce qui dépassait l’objectif de réduction de l’intensité des émissions de carbone de 40 à 45% entre 2005 et 2020, inversant ainsi la tendance à la croissance rapide des émissions de dioxyde de carbone, selon le livre blanc.