La Chine compte développer massivement le secteur des véhicules propres, avec notamment la création de réseaux plus efficaces en matière de recharge et de recyclage des batteries.

Cette engagement entre le cadre de l’annone faite par le président chinois Xi Jinping en septembre 2020. En effet, ce dernier a assuré que son pays allait atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

Lire aussi : La Chine s’engage à être «neutre en carbone» d’ici 2060

La Chine a estimé que les ventes d’automobiles neuves fonctionnant aux « énergies nouvelles » (électrique, hybride, pile à combustible) devraient atteindre 20% dans le pays d’ici 2025, avant de devenir « le courant dominant » en 2035.

Il s’agit d’une prévision inférieure aux 25% annoncés l’an passé par le ministère du Commerce. Mais les propositions du Comité central du Parti Communiste Chinois visent à doper un secteur qui représente pour le moment 5% des ventes en Chine en 2019.

La Chine appelle donc à une intégration renforcée des différentes entreprises du secteur ou encore à l’amélioration du service après-vente. « Après 15 ans d’efforts continus (jusqu’en 2035), les véhicules totalement électriques constitueront le courant dominant des nouvelles ventes de voitures et la totalité de la flotte des véhicules publics », prévoit le document.

La Chine, pays le plus peuplé du monde (1,4 milliard d’habitants), est responsable de plus d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais elle est celle qui investit le plus dans les énergies renouvelables.