La confiance des petites entreprises chinoises a de nouveau chuté en septembre, reflétant probablement l’impact de la résurgence du Covid à travers la nation, a déclaré la Standard Chartered Bank.

L’indice des petites et moyennes entreprises de la banque, connu sous le nom de SMEI, a chuté de 0,4 point de pourcentage à 50,9 en septembre, ont déclaré les économistes Shuang Ding et Hunter Chan, dans une note consultée par l’agence de presse, Reuters. Trois sous-indices clés qui suivent les performances, les attentes et le crédit ont également baissé, ont-ils ajouté.

L’enquête menée auprès de plus de 500 petites et moyennes entreprises a montré que la performance des petites entreprises de services s’est affaiblie pour atteindre une croissance quasi nulle par rapport au mois d’août, « tirée vers le bas par les secteurs de services vulnérables à la Covid », selon le rapport.

Cette enquête mensuelle s’est concentrée sur des petites et moyennes entreprises représentant la partie la plus dynamique de l’économie chinoise. Les secteurs de la vente au détail et de la restauration, de l’informatique et des transports se sont contractés d’un mois sur l’autre, ont indiqué les rapporteurs.

Ces derniers ont souligné que les conditions de liquidité se sont également détériorées pour les PME en septembre par rapport au mois précédent, les excédents de trésorerie ont baissé et la rotation des créances a encore ralenti.

Des données positives dans la manufacture

Le nombre de personnes interrogées s’attendent à ce que le yuan terrestre se déprécie au cours des trois prochains mois a plus que doublé par rapport au mois d’août, ont indiqué les économistes.

Les données pour l’activité manufacturière sont meilleures que prévues, grâce à l’augmentation des nouvelles commandes nationales et étrangères. Les usines ont peut-être récupéré les commandes en attente après les perturbations du mois d’août, selon les économistes. Le sous-indice de performance des PME industrielles à forte intensité de main-d’œuvre est repassé au-dessus de 50 après s’être contracté pendant deux mois consécutifs, ont-ils ajouté.

Les petites entreprises ont également déclaré que les banques étaient plus disposées à accorder des crédits en septembre, malgré des coûts de financement plus élevés. De plus, les coûts d’emprunt auprès des institutions financières non bancaires ont diminué par rapport au mois précédent.

Les petites sociétés immobilières ont également vu leur activité croitre en septembre, reflétant l’impact des mesures politiques de soutien, notamment un environnement de crédit plus favorable, ont déclaré les économistes. Un plus grand nombre de ces PME ont signalé une volonté accrue des banques de leur accorder des crédits en septembre, malgré des coûts de financement plus élevés, ont-ils ajouté.

Soutien au secteur privé

Le vice-Premier ministre chinois Liu He a déclaré que l’économie privée de la Chine, qui se compose principalement de petites et moyennes entreprises, contribue à plus de 50 % des recettes fiscales, à plus de 60% du produit intérieur brut de la Chine et à 80 % de l’emploi urbain.

« La politique de la Chine visant à soutenir le secteur privé n’a pas changé et ne changera pas à l’avenir », a indiqué ce dernier dans un discours vidéo lors de la cérémonie d’ouverture de l’Exposition internationale de l’économie numérique de Chine 2021, tenue le 5 septembre à Shijiazhuang, chef-lieu de la province du Hebei (nord).

La Chine aidera le secteur privé à jouer un rôle plus important dans la stabilisation de la croissance et de l’emploi, dans l’ajustement des structures, et dans l’encouragement de l’innovation, a affirmé Liu He, soulignant l’importance de protéger une concurrence loyale et de s’opposer aux monopoles pour développer davantage l’économie numérique.

Le vice-Premier ministre a réitéré que le secteur privé jouait un rôle important dans l’économie, alors qu’il contribue à plus de 50% des impôts, 60% du PIB, 70% de l’innovation technologique, 80% des emplois urbains et 90% des nouveaux emplois et entreprises.

« Nous devons adhérer à la direction de la réforme de l’économie de marché socialiste, persister à faire progresser l’ouverture de haut niveau sur le monde extérieur, adhérer au système économique de base de la première étape du socialisme, et protéger résolument les droits de propriété intellectuelle », a précisé le vice-Premier ministre.