L’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni (AUKUS) vont coopérer au développement d’armes hypersoniques, afin de faire face à l’influence grandissante de la Chine dans la zone.

Alors que la Russie a affirmé avoir tiré deux missiles hypersoniques en Ukraine, que la Chine a déjà procédé en août 2021 à un test de ce type de missiles et que la Corée du Nord affirme également avoir procédé à des tirs, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Australie ont annoncé le développement commun des telles armes dans le cadre de leur pacte de sécurité AUKUS visant à contrer l’influence grandissante de la Chine dans la région Pacifique.

« Nous nous engageons (…) aujourd’hui à commencer une nouvelle coopération trilatérale en matière de moyens de guerre hypersoniques, contre-hypersoniques et électroniques », ont indiqué les dirigeants américain Joe Biden, britannique Boris Johnson et australien Scott Morrison dans un communiqué commun, en précisant qu’ils ont également convenu d’« étendre le partage d’informations et d’approfondir la coopération en matière d’innovation dans la défense ».

Pour William Davies, analyste associé de la défense chez GlobalData, une société de données et d’analyse de premier plan, « étant donné que la technologie hypersonique a été une priorité pour les États-Unis ces dernières années et que l’Australie est de plus en plus préoccupée par la menace de la Chine, le développement de la coopération hypersonique est une prochaine étape logique pour l’alliance AUKUS ».

« Le Pentagone a accéléré le développement hypersonique alors qu’il devient de plus en plus clair que la Chine a considérablement progressé dans le domaine, y compris un test récent d’une arme planante hypersonique qui a potentiellement la capacité d’échapper aux systèmes de défense antimissile », a indiqué l’analyste.

Le Royaume-Uni bénéficiera également de cette coopération, bien qu’il ne se soit engagé que récemment à développer des armes hypersoniques. Ils ont conclu un accord en 2022 avec la France pour développer des armes anti-navires hypersoniques.

L’Australie est également susceptible d’utiliser des armes hypersoniques dans la guerre navale, l’Indo-Pacifique étant une zone d’intérêt pour la nation.

Selon le cabinet GlobalData, le marché hypersonique atteindra 49 milliards de dollars en 2030, des pays comme les États-Unis représentant une part de marché importante. Un programme américain clé, dont la production est prévue cette année, – le programme Air-Launched Rapid Response Weapon (ARRW) – a récemment subi un revers en raison d’échecs de tests qui ont conduit le Congrès à réduire le financement des achats et à augmenter le financement hypersonique global. Cela comprenait des souffleries et des infrastructures clés qui bénéficieront au développement d’un certain nombre de programmes hypersoniques.