Une trentaine de responsables dans quatre provinces touchées par une résurgence du Covid-19 ont été sanctionnés pour leur laxisme et leur gestion inefficace face aux dernières flambées épidémiques à travers la Chine.

Parmi eux, un vice-maire, des chefs de district, des chefs de commissions locales de la santé, du personnel de gestion d’hôpitaux et des responsables du secteur aéroportuaire et touristique.

Lire aussi : Variant Delta : des responsables chinois punis pour négligence

La dernière série de flambées épidémiques de Covid-19, décrite comme la plus grave depuis le début de l’épidémie fin 2019 à Wuhan, dans la province du Hubei (centre), avait enregistré 1507 cas confirmés le 7 août.

L’ancien ministre chinois de la Santé, Gao Qiang, a souligné l’importance de combler les lacunes, afin d’éviter les infections importées de Covid-19. Il a aussi affirmé que la Chine est capable d’éliminer le Covid-19 de la même manière qu’elle avait rapidement contenu l’épidémie en 2020.

Toutefois, des experts ont déclaré que la sanction de ces responsables «est une action appropriée, alors que la lutte anti-épidémique ne peut accepter aucune faille, erreur ou négligence de la part des personnes en charge du travail».

À Nanjing, chef-lieu de la province du Jiangsu (est) où la dernière épidémie a débuté, au moins 15 responsables ont été sanctionnés samedi, dont Hu Wanjin, vice-maire de Nanjing, Fang Zhongyou, chef de la Commission de la santé de Nanjing, et Wang Chao, commandant des travaux de lutte anti-épidémique à l’aéroport international Lukou de Nanjing.

«L’inefficacité de la prévention et du contrôle de l’épidémie de Covid-19 à l’aéroport s’est avérée être à l’origine de l’épidémie dans la ville», a écrit l’agence de presse Xinhua.

Lire aussi : 18 provinces chinoises sonnent l’alerte suite à la pire poussée de Covid-19

Dans la ville de Zhangjiajie (province du Hunan, centre), au centre de nombreuses infections au COVID-19 lors de la dernière épidémie de Covid-19, 20 responsables et titulaires de postes publics ont été sanctionnés pour leur laxisme face à ce pic épidémique.

Outre ces responsables,  des fonctionnaires de district, du personnel de gestion d’hôpitaux, du personnel du secteur du tourisme et du personnel associé à un spectacle local pour touristes ont aussi été sanctionné par les autorités. Ces derniers estiment que la tenue d’un spectacle a causé une propagation massive du Covid-19 dans au moins huit provinces et régions de Chine.

Les deux autres villes ayant enregistré une résurgence de l’épidémie sont Zhengzhou dans la province du Henan (centre), et Yantai dans la province du Shandong (est). Les deux villes ont également annoncé des mesures disciplinaires à l’encontre des responsables et du personnel qui se sont acquittés de manière inefficace de leurs responsabilités de gestion et de supervision pour la prévention et le contrôle de l’épidémie.

Fu Guirong, un responsable de la Commission de la santé de Zhengzhou, a été démis de ses fonctions. Une cheffe du sixième Hôpital du peuple de Zhengzhou, un hôpital désigné pour le traitement des arrivants de l’étranger infectés par le COVID-19, a également été démise de ses fonctions.

L’annonce des sanctions a été faite le 31 juillet, 24heures après le signalement du premier cas de Covid-19 à Zhengzhou. D’ailleurs, la Commission de la santé de Zhengzhou doit revoir sa gestion de l’hôpital après la découverte de nombreux cas confirmés et asymptomatiques de Covid-19. Ces derniers ont été contaminés à l’hôpital, que ce soit par le personnel de nettoyage, le personnel médical, les patients hospitalisés que leurs accompagnateurs.

Le chef de district du district de Laishan, à Yantai, a été licencié pour n’avoir pas réussi à assurer la prévention et le contrôle de l’épidémie de Covid-19. La ville de Yantai a lancé sa deuxième série de tests d’acides nucléiques dans toute la ville.

Wang Peiyu, directeur adjoint de l’École de santé publique de l’Université de Beijing, a expliqué lors d’un point presse que l’épidémie de Covid-19 «a révélé les lacunes dans le travail de contrôle de l’épidémie dans certains endroits, tels que les aéroports, et a exposé les erreurs de certaines personnes qui occupent des postes importants dans le travail global de lutte contre l’épidémie».

«Cette résurgence épidémique est un signal d’alarme pour nous tous – le virus peut repartir à tout moment lorsque nous desserrons les contrôles. Nous devons toujours resserrer la chaîne de la prévention de l’épidémie», a-t-il indiqué.

Alors que les autorités britanniques et singapouriennes ont explicitement encouragé leurs populations à s’adapter au Covid-19 et à vivre avec. Zhang Wenhong, l’un des principaux experts chinois en maladies infectieuses à Shanghai, a déclaré que «la majorité des virologues dans le monde convenait que le monde devait apprendre à vivre avec ce virus».

Un erroné pour l’ancien ministre chinois de la Santé Gao Qiang a réfuté l’idée. Ce dernier a affirmé que «c’est la poursuite de la ‘coexistence avec le virus’ qui avait conduit à la résurgence de l’épidémie dans de nombreux pays».

«La stratégie anti-épidémique de la Chine est une stratégie de «double assurance» avec un contrôle épidémique précis et une vaccination généralisée, plutôt que de remplacer un contrôle épidémique strict par une immunité collective, sans parler de coexistence avec le virus», a-t-il expliqué aux médias.