«La philosophie de la croissance verte a pris racine en Chine»

par | Sep 15, 2021 | Environnement, OPINIONS, Selection de la rédaction

La philosophie de la croissance verte a pris racine en Chine, selon un article publié dans le Quotidien du Peuple en ligne.

Saihanba, la plus grande forêt cultivée du monde, s’est à nouveau trouvée sous le feu des projecteurs lorsque le président Xi Jinping l’a saluée comme un exemple de l’histoire mondiale du progrès écologique lors de sa récente tournée d’inspection dans la province du Hebei (nord de la Chine).

Saihanba bouclier écologique important pour Beijing et Tianjin

Xi Jinping, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a fait cette remarque en août lors d’une visite d’inspection à la ferme forestière de Saihanba, qui a connu un miracle vert au cours des six dernières décennies, passant d’un quasi-désert à une mer d’arbres.

Depuis 2012, le développement de la civilisation écologique, un concept qui vise à promouvoir le développement vert, a pris de l’ampleur à mesure que l’idée que « les eaux claires et les montagnes luxuriantes sont des atouts inestimables », conceptualisée par le président chinois, a pris racine à travers le pays.

La ferme forestière, située à environ 400 kilomètres au nord de Beijing, couvre environ 70 000 hectares. Dans les années 1950, la région était un terrain vague en raison d’une exploitation forestière endémique, ce qui a fait que la capitale chinoise et les régions adjacentes ont été fréquemment frappées par des tempêtes de sable.

Pour arrêter la désertification rapide, un groupe de 369 forestiers de 18 provinces a été créé en 1962. Grâce aux efforts continus de générations de forestiers de Saihanba, la couverture forestière dans la région est passée de 11,4% au début des années 1960 à 80% aujourd’hui.

La forêt agit également comme un bouclier environnemental important et un poumon vert pour Beijing et les régions voisines.

Saihanba a reçu un Prix Champion de la Terre la plus haute distinction du Programme des Nations Unies pour l’environnement, lors de la troisième Assemblée des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi en décembre 2017.

Lors de sa visite, Xi Jinping a appelé à de nouveaux progrès dans le développement de l’économie verte et de la conservation écologique et a salué l’esprit des forestiers, qui est considéré comme un exemple emblématique des efforts du pays pour faire progresser la conservation écologique.

Xi Jinping a également parlé de l’esprit de travail acharné dont les forestiers ont fait preuve en plantant la forêt, affirmant que cela fait partie de l’esprit de lutte pour le succès du Parti communiste chinois.

Dans le rapport présenté au 18e Congrès national du PCC en 2012, le développement écologique a été inclus comme une tâche majeure dans le plan global du pays et la construction d’une «belle Chine» a été proposée comme un objectif majeur pour le progrès écologique.

Lors de la réunion, l’éco-civilisation a également été incluse dans la Constitution du PCC en tant que principe de développement. C’était la première fois au monde qu’un parti au pouvoir mettait l’accent sur le développement vert dans ses directives.

En vertu de ce principe, la Chine accélère désormais la mise en place d’un système d’aménagement du territoire national, avec la protection écologique la priorité des trois « lignes rouges » qui guideront la construction.

La philosophie de Xi Jinping pour le développement vert est en train de changer la Chine.

Selon l’Administration nationale des forêts et des prairies, la Chine a augmenté sa superficie de couverture forestière de 12% au début des années 1980 à 23,04% en 2020, avec un volume de stock forestier atteignant 17,56 milliards de mètres cubes.

De même, l’espace vert par habitant dans les zones urbaines de la Chine est en moyenne de 14,8 mètres carrés et 441 villes se sont jointes à une campagne pour construire des villes forestières nationales grâce à de multiples méthodes d’écologisation.

La Chine a également lancé son premier programme pilote pour établir des parcs naturels de prairies l’année dernière, avec 39 projets pilotes couvrant un total de 147 000 hectares de prairies dans 11 provinces et régions autonomes.

Lors d’une récente conférence de presse, un responsable de l’administration a annoncé que les autorités forestières chinoises prendraient des mesures vigoureuses, telles que l’expansion des prairies et des forêts, pour respecter l’engagement climatique du pays à atteindre un pic d’émissions de dioxyde de carbone avant 2030 et à atteindre la neutralité carbone avant 2060.

Selon Zhang Wei, directeur du département de protection et de restauration de l’environnement de l’administration, au cours des cinq prochaines années, la couverture forestière en Chine atteindra 24,1% et le volume des stocks forestiers du pays atteindra 19 milliards de mètres cubes. «Nous allons construire un système de conservation dans les réserves naturelles, protéger diverses ressources naturelles et maintenir une attitude ferme envers les activités illégales qui nuisent à la nature», a expliqué M. Zhang.

En dehors de cela, l’administration encouragera également le commerce du carbone à l’avenir et visera à créer une plate-forme d’échange, encourageant la participation de capitaux des secteurs non gouvernementaux, y compris les entreprises et les organisations sociales. «La Chine a promu sa propre approche de la gouvernance climatique qui met l’accent sur la reprise verte», a commenté Li Chunliang, directeur adjoint de l’administration.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :