Shanghai a vu son air être plus pur, après d’importantes réductions des émissions des principaux polluants au cours de la période du 13e plan quinquennal (2016-2020).

Centre ville de Shanghai

« Shanghai a maintenu la croissance de sa population, de son économie et de sa consommation totale d’énergie, mais les émissions des principaux polluants ont constamment diminué et l’environnement écologique s’est continuellement amélioré », a déclaré Cheng Peng, chef du bureau municipal de l’écologie et de l’environnement de Shanghai.

Ce dernier a expliqué lors d’un point presse qu’au cours des cinq années, les émissions de dioxyde de soufre et d’oxydes d’azote à Shanghai ont chuté de 46,6% et 28,2% respectivement, dépassant les objectifs de réduction des émissions fixés par le gouvernement central.

La concentration moyenne de PM2,5 à Shanghai était de 32 microgrammes par mètre cube en 2020, soit 36% de moins que la lecture de 2015 et de 35 microgrammes par mètre cube en 2019.

Lire aussi : La pollution de l’air dans la région Beijing-Tianjin-Hebei se réduit

La lecture des PM2,5 est une jauge qui surveille les particules en suspension dans l’air de 2,5 microns ou moins de diamètre, qui peuvent pénétrer profondément dans les poumons des gens.

Shanghai a également contrôlé la consommation totale de charbon et a contribué à promouvoir l’achat de 364 000 véhicules à énergie nouvelle au cours des cinq dernières années, selon Cheng Peng. La part du charbon dans la consommation d’énergie primaire est passée de 37% à environ 31% à Shanghai.

Bai Guoqiang, ingénieur en chef du bureau, a indiqué que Shanghai continuerait de réduire les concentrations de PM2,5 et d’ozone en réduisant principalement les émissions dans ses secteurs de l’énergie, de l’industrie et des transports.

Les villes du delta du Yangtsé vont accentuer leur coopération, afin d’améliorer la qualité de l’air dans la région, a-t-il souligné. D’autant que Shanghai est devenue plus verte, avec un taux de couverture forestière atteignant 18,49% et la zone humide atteignant 464 600 hectares à la fin de 2020.

Entre 2016-2020, Shanghai, avec une population de plus de 24 millions d’habitants, a construit 20 habitats fauniques importants, restauré ou construit près de 420 hectares de zones humides et d’habitats fauniques, et mis en place six sanctuaires fauniques, a expliqué ce dernier.