dimanche, mai 19

La rizipisciculture : un patrimoine chinois et mondial

Dans le sud-est de la province du Zhejiang, les habitants du district de Qingtian ont développé la rizipisciculture, un mode de pisciculture en rizière. Cette pratique vieille de plus de 1 300 ans a enrichi la définition traditionnelle de l’agriculture.

En juin 2005, ce système agroécologique exemplaire a été classé par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans la liste des «Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial» (SIPAM). Cette reconnaissance a été une première en Chine et en Asie.

La rizipisciculture est l’association de la riziculture et de la pisciculture. Ce type de système agricole repose sur une symbiose écologique : les poissons apportent de l’engrais, ameublissent le sol et mangent les insectes qui s’attaquent au riz, tandis que le riz leur procure de l’ombre et de la nourriture. Ce système offre des avantages écologiques en limitant l’utilisation de pesticides et économiques en offrant un revenu aux agriculteurs, selon les médias chinois.

Xu Guanhong, spécialiste de la pratique

Le 7 février 2023, le palmarès du «Buffle d’or» 2022 a été révélé à Hangzhou. Il s’agit d’un prix récompensant chaque année les leaders de la revitalisation rurale et de la prospérité commune du Zhejiang.

Xu Guanhong, PDG de l’entreprise Qingtian Yugong Agricultural Technology, s’est distingué parmi 97 candidats de toute la province, à l’instar de neuf autres lauréats.

Ce dernier a été professeur de physique dans le secondaire et homme d’affaires pendant cinq ans en France. Après la consécration de la rizipisciculture par la FAO, il a misé sur les rizières de son village natal. Il est par la suite retourné en Chine en 2007 pour créer son entreprise.

Il a alors loué et défriché un terrain de 50 mu (3,3 ha) pour établir sa ferme écologique Yugong. Le nom est emprunté à une figure légendaire de la mythologie chinoise, qui conduisit les membres de sa famille à déplacer les montagnes devant leur village à coups de pioche, de pelle et de panier, afin que les générations ultérieures n’y soient plus bloquées.

Xu Guanhong a trouvé un modèle de culture riz-poisson à cycle écologique, ne demandant ni labour, ni désherbage, ni engrais, ni pesticide. Il a ensuite construit un centre de protection des espèces originales de poissons de rizière de Qingtian, de la collecte des espèces alpines dans les environs, et de l’introduction des serres en verre modernes et de la technologie de propagation artificielle, ce qui a porté la durée de la période de reproduction de deux ans à un.

Pour augmenter le taux de survie des poissons, il a développé une technique retardant la reproduction des géniteurs et mettant en place une salle de détection des maladies des poissons pour fournir des services gratuits aux pisciculteurs.

Désormais expert en rizipisciculture, Xu Guanhong approte son expérience à plus de 3 000 ménages d’agriculteurs dans l’exploitation de la culture riz-poisson, en donnant des formations et des conférences. Sous l’égide du gouvernement local, Xu Guanhong a participé à des projets d’aide ciblée dans le cadre de la coordination nationale entre l’Est et l’Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *