Par TCHINGA TCHINGA Jeffree Berchmens – Avec une superficie de 30 415 873 km², le continent Africain est le continent le plus riche au monde en termes de ressources naturelles et le deuxième le plus peuplé après l’Asie  avec environs 1,2 milliard habitants. Il compte 54 pays C’est  encore ce continent qui regorge le plus grand nombre d’ethnie au monde (plus d’un millier), et qui possède la plus grande diversité linguistique au monde avec plus de 2000 langues vivantes.

Et c’est encore le continent africain qui possède en son sein à l’heure actuelle la population la plus jeune du Monde avec plus de 200 millions d’habitants âgé de 15 à 24 ans dont l’Afrique sub-saharienne bat le record à l’échelle Mondiale avec 70 % de la population en dessous de la barre des 30 ans.

Cependant, force est de constater de manière générale que  beaucoup de pays africains depuis l’époque coloniale jusqu’aujourd’hui peine à se développer, àbâtir une économie solide et stable, à repartir les richesses de manière équitable et à avoir une stabilité sociale permanente. En claire, beaucoup de pays africains souffrent d’un marasme social, notamment les pays francophones.

Dès lors : comment se présente ces instabilités en Afrique ? Parailleurs le model de solidarité social des chinois ne serai-t-il pas une solution rapide pour que le continent africain  puisse retrouver son leadership qu’il ya jadis ?

Aujourd’hui, personne ne peut le nier et tout le monde l’a constaté : bien que le continent africain est le plus riche il n’en demeure pas moins que il est encore le plus en retard en matière de développement. En effet, ce retard se caractérise par un chômage élevé,  l’inégale répartition de des richesses, un taux d’alphabétisation faible dans plusieurs pays, absence d’infrastructure adéquates routières, sanitaires, universitaires, etc.

Et  tout ceci est appuyer ou créé par plusieurs facteurs tels que: la corruption, les foyers des tensions, les guerres civiles interethnique et politique, la présence des puissances colonialistes, les sectes ésotériques, les divisions machiavéliques émanant  des stéréotypes, etc. Ceci dit,  il y a clairement de nombreux facteurs qui justifient le retard du développement du continent africain, mais dans le cas de la suite de notre analyse  je vais me focaliser sur le volet sociale pour répondre a la question de savoir si la solidarité chinoise ne serait-elle pas un modèle pour l’Afrique en général et le Gabon en particulier pour rebâtir une nouvelle Afrique ?

Je pense que l’un des plus grands problèmes du continent africain avant tout chose est le manque  solidarité. En effet, beaucoup de pays africains notamment  ceux de la zone francophone sont constamment fragilisés du fait que la solidarité nationale et continental (globale et locale) au sens moral, éthique, culturel et même spirituel est encore mal vécu.

De la Libye au Mali, du Soudan du sud en Centre Afrique, de le RDC au Cameroun, de la RCA au BurkinaFaso, de la Cote d’ivoire au Tchad jusqu’au Niger, on observe des clivages, le tissu social est constamment fragilisé et même détruit soit  par des rebelles , soit par des conflits ethniques , soit par des mouvements djihadistes, sécessionnistes, et des bagarres politiques soutenues par des puissances impérialistes colonialistes, soit par des guerres de religion, des mouvements des guerres direct néocolonialistes, des insurrections etc.

C’est dans ce sens que le Géopoliticiens International Panafricaniste Luc MICHEL soutient avec preuve a l’appui dans son article sur le « Front  Africain » le la thèse selon laquelle l’Afrique fait face à une recolonisation par les puissances telles que les Etats Unis, la Frances et d’autres africains colons.

Et dans cette dynamique de fragilisation sociale ou de déstabilisation totale  en Afrique, le Gabon n’en n’est pas en marge parce que depuis les résultats des élections présidentielles du 27 Aout de 2016 le climat politico social ou ethnico social est instable : c’est la crise poste électorale.

En effet, le Gabon qui est un  pays de l’Afrique central et traversé par l’équateur, a une superficie de 267 667 km², sa capitale est Libreville et  compte en 2019 environs 2, 109,099 Million habitants selon Worlmeterinfo. Le pays compte 9 provinces et plus d’une cinquantaine d’ethnies. Mais selon le Word population review du 11 Mai 2019 il ya 40 ethnies. 

A l’instar donc des autres pays africains, notamment ceux de la sous régions, le Gabon possède une population majoritairement  jeune (soit 54,6% ont moins de 25 ans) et regorge la quasi-totalité des ressources naturelles pour se développer : pétrole, or, manganèses, uranium, fer , Zinc , Cuivre ; etc. aussi le Gabon est recouvert a environs 87% de foret et possède à  l’heure actuelle 13 parcs nationaux dans les quels on trouve la présence de la plus grande population Mondiale d’éléphant estimée  a environs 50 000.

Cependant, la crise économique qui touche ce pays suite à la chute des prix de baril, plonge le Gabon en état d’agonie face à son programme de relance économique et crée des antagonistes ignobles. On observe clairement par exemple que le PIB de  l’activité économique au Gabon a drastiquement chuté en passant de 7,1% en 2011 à 0,8% en 2017 (lire plus dans le rapport du PNUD 2019 sur le Gabon). A cet effet, Il ya donc  de plus en plus des entreprises qui ferment, un chômage grandissant, une insécurité social débordante, une délinquance juvénile croissante, et des conditions sanitaire alarmantes.

De plus, en dépit de la crise économique, le Gabon fait face à des crises encore plus grandes notamment dans le secteur éducatif, social, politique et culturel. En claire, la stabilité interne est menacée parce que le tissu social est aussi perforé  et abimé par des comportements démagogiques de plusieurs acteurs politiques de la majorité et de l’opposition qui débouche dans la haine, le rejet et la détestation, les divisions et des insultes intempestives.

 Le développement de la nation Gabonaise est fortement entravé parce que la solidarité nationale est constamment et fortement fragilisée. L’Etat fait dans la mauvaise gouvernance parce que les institutions sont gangrenées par la corruption Et beaucoup d’acteurs politiques, beaucoup de citoyens, beaucoup d’activistes font dans des spéculations, des règlements de compte personnel, de lignarerie, la sauvagerie, les aberrations  au nom d’une « révolution » et d’une démocratie qui tue encore la morale et l’éthique de cette même nation.

Beaucoup font dans l’ethnocentrisme, et nombreux ne se reconnaissent d’abord qu’en tant qu’ethnie et non qu’en tant que Nation.  beaucoup ont du mal à faire valoir les intérêts de la Nation avant ceux de leur groupe ethnique ou de leur famille et du colon  oubliant que le mot “ethnie” est un concept occidental qui a été créé en remplacement du mot race dans l’objectif de diviser pour mieux régner sur un  territoire.

C’est pourquoi, en Afrique tout est fait pour entretenir dans les Etats  les divisions, les guerres ethniques communautaires ou religieuses car tout ceci ne profite pas en réalité aux africains, encore moins au gabonais mais aux colons qui sont en réalité les vrais et les plus grands acteurs de la déstabilisation en Afrique. Depuis 2015 jusqu’aujourd’hui, tous les outils de Manipulation et de déstabilisations ont été employé au Gabon. 

Apres forte analyse anthropologique et même Sociologique et géopolitique, on se rend  bien compte qu’au Gabon il y’a eu des prémisses d’une guerre civile similaire à celle du génocide du Rwanda parce que beaucoup ont des stéréotypes, sont immatures, font dans les divisons ethniques et la lutte du pouvoir entre ethnie majoritaire et ethnie minoritaire.

Beaucoup font dans l’amateurisme politique, profèrent des menaces et des mensonges et le relais médiatique par les médias  occidentaux  attisent les tensions et conduisent des innocents à se faire tuer dans des rues.  Au Gabon la solidarité Nationale au sens pure et dure est encore une utopie et le slogan  « Gabon d’abord  » ou « Union-travail-Justice » sont des devises nationales qui tardent encore à  porter le fruit dans ce pays. Ces devisent patriotiques ne sont pas très bien compris et assimilé avec intelligence et de manière lucide, mais avec sentimentalisme.

Alors que la notion de solidarité nationale implique la dépendance et l’aide mutuelle entre tous les hommes liés par un intérêt commun (l’intérêt commun qui est la nation et les conditions des vies de toutes les populations). C’est la considération et la prise en charge morale et physique de tous les hommes sans distinction de leur groupe ethnique. C’est l’engagement qui subsiste au-delà du morcellement, au-delà des barrières ethniques et des intérêts personnels au profil  du bonheur ou du bien être de tout le monde dans un pays.

En clair, c’est la considération commune pour un développement commun total pour tous. Et pour mieux comprendre cette réalité  définitionnelle, nous pouvons étudier le cas de la Chine dont la solidarité nationale de ce pays est ou a été un facteur de base puissant pour lancer son développement incroyable.

La chine est un Etat continental situé  au nord de l’Asie et a une superficie de 9 600 000 km². C’est le  3ème plus grand pays du monde, sa capitale est Beijing,  il fait 17 fois la France et il est limite par 15 pays limitrophes, à savoir : le Viêt-Nam, l’Inde, la Corée, la Russie ; etc. la chine possède 23 provinces et dont la population s’élève à 1,386 milliard au sein de quelle on trouve officiellement selon le régime 56 ethnies. 

La chine a aussi un paysage très varier ainsi que des innombrables richesses naturelles : charbon, pétrole, fer, gaz naturel, mercure, manganèse, uranium, zinc ; étain, uranium, aluminium, plomb, vanadium, etc.

Cependant, dans  son histoire la chine a connu une forte période semi-colonisation, de famine, de guerre liée à sa libération. Comme en Afrique, Les chinois ont connu l’esclavage par les Européens, notamment les portugais. Et  ce trafic s’est étendu du XVI siècle jusqu’au XVIII siècle. La lutte et l’assujettissement se  sont aussi poursuivis par plusieurs pays tels que l’Angleterre, la France et le pays bas pour dominer les produits commerciaux chinois et posséder plusieurs territoires.

Mais c’est après la révolution industrielle au 19 siècle, et l’avancée des technologiques des européens que la Chine va connaitre des véritables périodes sombres de son histoire. La  guerre de l’opium apporté par les anglais va  occasionner une énorme corruption, le démembrement du territoire et des ravages dans la population au détriment du capitalisme. Et le tout a été couronné par le Japon  avec la guerre sino-japonaise de 1894-1895 qui a été un coup fatal. Malgré donc certaines luttes pour se défendre, les chinois ont été contraint finalement de céder plusieurs de leur territoire aux européens à savoir : une partie de Shanghai ; Hong Kong, Tonkin, etc.

Mais c’est avec le grand bond en avant et la révolution culturelle lancé par Mao Zedong que la chine va  réussir à se réunifier et à renverser l’impérialisme européen dans leur cité et à retrouver son  leadership parmi les puissances du monde. Mao Zedong avait donc lancé une révolution militaire, culture, idéologique et politique pour que la Chine aujourd’hui soit la première puissance économique mondiale. En effet, pour résumer : Mao Zedong est le fondateur de la république populaire de Chine : il est né le 26 décembre 1893 et mort le 9 septembre 1976 à Pékin. Il fut donc le principal dirigeant de 1949 a sa mort.

À cet effet, il a été le leader dans des grandes marches et a ainsi vaincu les japonais pendant la guerre sino-japonaise (1937-1945) dont on retient la victoire de l’armée de libération. Bien que la révolution culture a fait des centaines de mort, voir même des millions, elle a permis à Mao Zedong de combattre la bourgeoisie des bureaucrates et les gardes rouges en s’appuyant sur la jeunesse et l’armée de libération.

Aujourd’hui la chine a réussi son défit, elle a réussi à vaincre les envahisseurs et à avoir une solidarité nationale solide qui lui a permis de revenir sur la scène internationale et de redynamiser son économie. En effet, de 1989 et 2014, le PIB chinois a progresse en moyenne de 9,1% par année selon le Nation al Bureau of statistiques of China. Le niveau de vie des chinois s’est fortement amélioré. Beaucoup  de chinois gagnent par exemple aujourd’hui en moyenne 10 fois plus que il ya dix ans.  

Et depuis l’arrivée au pouvoir du président Xi Jinping le 14 Mars 2013, la Chine connait une montée en puissance remarquable sur le plant diplomatique, militaire, infrastructure, technologique, et économique, etc. La chine est donc devenue la première puissance économique mondiale grâce à ces reformes en gardant une politique communiste et en développant une économie libérale, d’où le projet global de la route et la ceinture qui est une réplique de la route et la soie. La Chine a donc étendu ces relations dans le monde notamment avec l’Afrique dont les relations sino-gabonaise peuvent faire l’objet dune comparaison ou dune analyse profonde.

Ceci dit, les chinois sont solidaires au sens profonds. L’unité entre le peuple  chinois est saisissante et visible dans la société et même jusqu’à l’étranger. Les chinois travaillent d’abord et par-dessus tout pour le développement de leur pays. Même si il peut y avoir des divergences d’opinion, quand il y’a un problème les chinois soutiennent et protègent d’abord leur compatriote et leur population. Alors qu’au Gabon beaucoup de ministre, des chefs d’entreprises, et des personnes dans la population ne se reconnaissent d’abord que dans leur groupe ethnique. Les gens se reconnaissent d’abord en tant qu’ethnie et non en tant que nation.

La solidarité nationale n’a pas encore atteint son apogée au niveau morale, spirituel et génétique. C’est d’abord l’intérêt des familles, du groupe ethnique qui prime sur la Nation que les gens prétendent vouloir construire. L’injustice et la corruption est impunie. Pour tant la chines a connus des crises économiques, mieux encore la Chine a des ethnies majoritaires et minoritaires, mais dans sa révolution il n’est écrit nul par que la révolution a été initié par une ethnie.

On a l’impression qu’en vivant en Chine il n’existe aucune ethnie parce que les chinois ont compris qu’un développement qui s’appuie sur les divisions ethniques et les stéréotypes fini par engendrer les guerres civiles, la haine et le mépris aux profils des autres puissances impérialistes capitalistes.  En chine on ne parle pas en termes d’ethnie mais en termes de peuple : c’est le peuple chinois. Et c’est ce peuple asiatique qui a mené sa propre guerre pour se libérer et retrouver sa souveraineté.

Mais au Gabon les gens vivent comme si l’ethnie est la finalité alors que dans le contexte actuel c’est la nation qui est la priorité. L’Afrique est un peuple. Le Gabon est un peuple : c’est le peuple bantu avec des sous groupes. Les Gabonais sont  un  peuple et c’est ce peuple qui doit être considéré par-dessus tout.

En définitif, Bien que le Gabon  et la chine n’ont pas une même superficie, une même histoire, une même masse de population, une même culture ou encore une même couleur de peau, c’est deux pays ont des similitudes notamment au niveau du nombre des ethnies (plus d’une cinquantaine), pratiquement les mêmes variétés dans le nombre des richesses naturelles, les mêmes blessures de l’esclavage et la colonisation, les mêmes envahisseurs étrangers, les massacres des peuples autochtones, une jeunesse importante, une bourgeoisies des bureaucrates, etc.  

Ceci dit,  pour que le Gabon  en particulier et l’Afrique en générale se développe, et pour qu’il y’ait une libération totale du néocolonialisme, il faut que a la base le peuple soit solidaire. L’unité est le b.a.-ba d’une révolution. C’est la base d’une vraie émancipation sociale. Il faut que l’Afrique et notamment le Gabon arrête les divisions ethniques, la haine sociale, les stéréotypes, les politiques tribalistes et la sauvagerie. La Chine tire sa force non pas de son économie mais  d’abord de sa solidarité nationale.

Il faut que l’Afrique éduque d’abord la jeunesse sur les questions de solidarité et de travail pour combattre et former une armée de libération afin de renverser les envahisseurs et de se développer de manière digne . Aussi, Il est nécessaire d’avoir par-dessus tout un leader. Avant, pour l’Afrique c’était Kadhafi, pour le Burkina Faso c’était Sankara, pour le Congo c’était Lumumba, pour l’Afrique du sud c’était Mandela, et pour le Gabon qui sera le Mao Zedong ?

Dans tous les cas, il est clair que ni l’Afrique, ni le Gabon en particulier ne pourra connaitre un  véritable essor s’il n’y a pas de solidarité comme celle des chinois (une solidarité qui subsiste au-delà du morcèlement, au-delà des barrières ethniques et religieuses). Le continent africain regorge encore beaucoup de traite et des néocolonialistes.

D’où la nécessité d’être unit, d’avoir un vrai leader, une jeunes émancipée et une armée de libération forte.  Je ne suis pas entrain de dire qu’il faut un régime communisme au Gabon, je suis en train de dire que sans une véritable solidarité en Afrique, précisément  au  Gabon le continent continuera à reste dans l’esclavagisme, dominée et pillée. D’où la nécessité de s’unir et d’avoir un développement qui s’appuie sur une vraie solidarité et des bonnes valeurs culturelles.

TCHINGA TCHINGA Jeffree Berchmens – Détenteur d’une licence en anthropologie africaine et étudiant en master en environnement géographique


Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Chine-Magazine.Com.