La technologie 3D modélise une arche chinoise centenaire

par | Juil 6, 2021 | Communiqués, Patrimoine UNESCO, SCI/TECH

En Chine, une entreprise spécialisée dans la technologie 3D modélise l’arche d’un temple chinois pour conserver le patrimoine chinois.

Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO et reconnu comme une attraction touristique par l’Administration nationale chinoise du tourisme, le mont Wutai, abrite une quarantaine de temples, dont le temple Longquan, qui se distingue par son style architectural unique auquel le légendaire Hu Mingzhu (1895-1968) a contribué. L’objectif était de créer un modèle 3D hautement détaillé d’un monument architectural en utilisant plusieurs scanners 3D portables .

Spiritualité et 3D au service de la précision

L’arche du temple aux diverses formes élaborées devait être reproduite sous forme numérique afin que ce trésor culturel soit conservé pour la postérité.

Deux exigences devaient être respectées. Premièrement, chaque élément de l’arche devait être recréé en 3D avec la plus grande précision. Aucun oubli dans la modélisation 3D ne pouvait être accepté. Il devait également être possible d’examiner séparément chaque partie structurelle de l’arche à partir du modèle 3D principal.

Les technologies de scan 3D étaient celles qui permettaient le mieux de remplir ces deux critères. Grâce à un scanner 3D portable, il est possible de se déplacer autour de l’objet en numérisant sa surface section après section, sous tous les angles nécessaires.

Artec Eva offre un plus grand champ de vue et une vitesse de scan plus rapide que Space Spider et, par conséquent, peut numériser une surface plus rapidement. La force de Space Spider réside dans sa précision de point 3D élevée (jusqu’à 0,05 mm) et sa grande résolution 3D (jusqu’à 0,1 mm). Eva a donc été choisi pour effectuer un scan global de l’arche, tandis que Space Spider numériserait ses détails les plus complexes.

Les scanners envoient tous les deux les données 3D que recueille le logiciel Artec Studio. Par la suite, ce dernier restitue la forme de l’objet en analysant chaque déformation mineure dans les rayons de lumière structurée que les scanners émettent après que la lumière atteint la surface de l’objet et rebondit vers les scanners.

Une modélisation validée par les moines

Le scan a été réalisé en 14 jours et environ 500 Go de données brutes ont été collectées, ce qui équivaut à 100 000 photos prises avec un bon smartphone. Les scans d’Eva et de Space Spider sont compatibles les uns avec les autres et peuvent être facilement fusionnés dans Artec Studio.

Un mois plus tard, le projet était terminé. La qualité du modèle 3D a impressionné le client, tout comme la beauté de la maçonnerie originale de Hu Mingzhu avait captivé de nombreux moines et lamas des temples du mont Wutai.

Le modèle 3D de l’arche est conservé pour les générations à venir et peut être étudié par les architectes, les artistes et les sinologues, même si ceux-ci ne se rendent jamais en personne au mont Wutai. De la même manière, le modèle 3D peut être affiché dans les salles de classe et servir d’outil supplémentaire aux professeurs d’histoire chinoise.

Le fait que les parties supérieures de l’arche, normalement impossibles à examiner de près, puissent maintenant être visionnées en haute résolution, est particulièrement précieux. Grâce aux technologies de scan 3D, pour la première fois dans l’histoire, le moindre recoin de ce chef-d’œuvre est nettement visible pour tous ceux qui s’y intéressent.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :