Plusieurs entrepreneurs seychellois et chinois ont échangé lors d’un Forum spécifique sur les opportunités de commercer et d’investir entre les Seychelles et Qingdao, dans la province du Shandong. A cette occasion, les échanges ont été fructueux entre les entrepreneurs des deux pays.

Cet événement a réunit des hommes d’affaires d’une trentaine d’entreprises seychelloises et les représentants de près de 20 entreprises chinoise à Mahé, île principale des Seychelles. Ces derniers ont essentiellement évoqué des sujets liés aux infrastructures, au sectaire bancaire, à l’importation et l’exportation, au transport maritime, et à la construction.

A la demande de la partie chinoise, le Bureau des investissements des Seychelles (SIB) a organisé ce forum dans le cadre de la visite d’une délégation de Qingdao dans l’Océan Indien, dans le but d’établir des contacts et de développer des partenariats.

Des partenariats formalisés

D’après l’agence de presse, Seychelles News Agency (SNA), des mesures concrètes ont été évoqués, afin de formaliser des partenariats économiques, notamment à travers la signature de trois accords, entre la Chambre de Commerce et d’Industries des Seychelles (SCCI) et le Bureau de Commerce Qingdao, ainsi qu’entre des entreprises locales. Ces dernières étaient d’ailleurs déjà  en contact avec des entreprises de Qingdao, dans les domaines de la construction et du secteur de l’importation.

« Le principal objectif de l’accord signé avec le Bureau de commerce de Qingdao est de promouvoir les échanges entre les entreprises des deux côtés », a expliqué à SNA, Marco Francis, président de la SCCI. Selon le Bureau national des Statistiques (NSB), les Seychelles importent plus qu’elles n’exportent vers la Chine. Ainsi, l’importation de produits (véhicules, machines, bois, aluminium, plastiques, céramique et ciment) s’élève à 6’525’000 euros, contre près de 87’000’000 d’euros pour les exportations.

Un accord a été signé, afin d’éviter une double imposition (DTAA) pour les hommes d’affaires opérant en Chine et aux Seychelles. « Qingdao est une importante ville portuaire, cela facilite le commerce de ceux qui souhaitent trouver des opportunités commerciales et d’investissement » a expliqué Marco Francis.

« Il y a effectivement beaucoup d’intérêt auprès des entreprises chinoises en particulier dans le secteur offshore, qui utilisent les structures fiscales en place pour investir dans la région », a indiqué le directeur général du SIB, Rupert Simeon. Afin de développer ce secteur d’investissement, le SIB va organiser un forum d’affaires pour promouvoir les services financiers internationaux des Seychelles à Shanghai en octobre 2015.

Développer l’ensemble des secteurs

Au-delà de ce secteur, les Seychelles tentent de développer des accords économiques et commerciaux (tourisme, santé, éducation, sécurité maritime). D’autant que l’an dernier, les deux pays ont célébrer les 40 années d’établissement des relations diplomatiques et se sont donnés pour objectif de consolider la coopération notamment en matière de tourisme.

En 2014, les Seychelles ont accueillit 13 349 touristes chinois. Un chiffre record pour l’île, qui poursuit sa politique étrangère, à travers le jumelage de la ville de Victoria et celle de Qingdao. Cet accord de jumelage « vise à promouvoir la coopération dans les domaines de la science et des technologies, le commerce, le tourisme, la culture, l’éducation, les sports, la santé, l’environnement, entre autres », a indiqué le quotidien Seychelles Nation.

Li Qun, secrétaire du PCC à Qingdao, a expliqué au quotidien qu’« il est important pour Qingdao de développer les relations avec les différentes villes du monde », ajoutant qu’« aujourd’hui, nous sommes en mesure de forger une relation à cause de nos similitudes. Nous sommes deux villes portuaires« .

Ce dernier a également indiqué que « l’année dernière, Qingdao a reçu 68 millions de touristes et si nous pouvons partager un pour cent, cela enrichirait Seychelles ». L’objectif entre les deux villes sera d’échanger les expériences « dans la gestion des ports, en plongée sous-marine et les échanges culturels ».