« La Chine pourrait faire face à 1,55 million de décès dus à la COVID-19 si elle abandonnait sa politique dynamique zéro COVID », selon une étude publiée dans la revue Nature Medicine.

Lire aussi : https://www.nature.com/articles/s41591-022-01855-7

Sur la base de différentes modèles de stratégies, des scientifiques basés en Chine et aux Etats-Unis ont fait des propositions, que Beijing pourrait adopter au lieu de l’actuelle stratégie, et apprendre à vivre avec le nouveau coronavirus.

Or, ils ont constaté que le niveau d’immunité actuel en Chine serait insuffisant pour empêcher une vague du variant Omicron.

Lire aussi : La politique « zéro covid » peut fonctionner, selon New Scientist

Si la Chine venait à abandonner sa stratégie zéro covid, les chercheurs prédisent que le pic de demande dans les unités de soins intensifs serait 15,6 fois supérieur aux capacités existantes, ce qui entraînerait plus de 1,5 million de décès.

L’étude montre également que protéger les personnes vulnérables en garantissant l’accessibilité aux vaccins et aux thérapies antivirales et maintenir la mise en œuvre d’interventions non pharmaceutiques pourraient être suffisants « pour éviter de submerger le système de santé, ce qui suggère que ces facteurs devraient être des points d’attention dans les futures politiques d’atténuation ».

Lire aussi : La politique zéro Covid de la Chine « n’est pas soutenable » dit Tedros

La Chine a mis en œuvre une stricte approche zéro Covid dynamique pour lutter contre le nouveau coronavirus, laquelle s’est avérée efficace au cours des plus de deux années écoulées depuis le début de la pandémie. Cependant, depuis mars 2022, le pays fait face à une flambée épidémique, difficile à résorber.

Des experts ont fait valoir que cette approche était actuellement le meilleur choix pour le pays le plus peuplé du monde. « Si nous ne sommes pas fermes sur la politique dynamique zéro COVID, la Chine risque de rater le meilleur moment pour endiguer la résurgence des cas, ce qui pourrait entraîner des coûts plus élevés et des conséquences insupportables », a récemment déclaré le principal épidémiologiste chinois Liang Wannian.