Le nouvel ambassadeur de Chine à l’île Maurice, Zhu Liying, a exposé au quotidien L’Express l’état et l’évolution de l’accord de libre-échange entre Port-Louis et Beijing.

Les produits mauriciens, bien accueillis par les consommateurs chinois, représentent des recettes d’exportations d’environ Rs 12 milliards (240 millions d’euros). Face à un tel engouement, les producteurs ont mit en place un marketing spécifique à destination des touristes chinois.

Ambassadeur de Chine à l’île Maurice, Zhu Liying, qui était aussi ambassadeur au Mali

Le nouvel ambassadeur de Chine à l’île Maurice, Zhu Liying, a expliqué que «la Chine a été l’un des premiers pays à établir des relations diplomatiques avec Maurice en 1972. Depuis, la confiance mutuelle entre nos deux pays n’a cessé de se renforcer, la coopération dans tous les domaines, comme l’économie, la culture, le tourisme et la santé, a donné des résultats fructueux».

«La Chine attache une grande importance à ses liens avec Maurice. Au moment crucial de la lutte contre l’épidémie à Maurice, la Chine a fourni des dons urgents de matériels sanitaires et de vaccins au gouvernement mauricien, pour l’aider à contrôler le plus vite possible la propagation du virus, ce qui est encore une fois une preuve de l’amitié sincère entre nos deux pays. La Chine est toujours prête à multiplier la coopération avec Maurice dans la lutte contre le Covid-19», a expliqué ce dernier.

L’année 2022 marque le 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l’île Maurice. À cette occasion, les deux pays vont développer de nouvelles opportunités.

D’ailleurs, l’accord de libre-échange Chine-Maurice, en vigueur depuis janvier, couvre différents aspects, dont le commerce de marchandises, les services, l’investissement et la coopération économique.

«Après sa mise en œuvre, le taux des produits exemptés de taxes vers le marché chinois a finalement atteint 96.3%. De nombreux produits mauriciens comme le textile, les produits de la mer, le rhum, la bière, les fruits, les bijoux et les pierres, entre autres, ont un gros potentiel et pourront prendre de l’ampleur grâce à leur exportation vers le vaste marché chinois», a expliqué Zhu Liying.

Cet accord, signé en octobre 2019, permet à Maurice de bénéficier entre autres d’un accès hors taxes sur quelque 7 504 lignes tarifaires sur le marché. Les droits sur 723 autres lignes tarifaires sont progressivement supprimés sur une période de 5 à 7 ans depuis le 1er janvier 2021.

«La Chine possède un énorme marché ouvert. Ces dernières années, les besoins des consommateurs chinois n’ont pas cessé d’augmenter et de se diversifier. En 2020, la bière Phoenix a atteint le marché chinois et a été très bien accueillie. Tant que Maurice aura des produits dont les consommateurs chinois ont besoin, la Chine sera intéressée à les importer», a expliqué le nouvel ambassadeur de Chine à Maurice.

Selon lui, la deuxième édition de l’exposition économique et commerciale Chine-Afrique, qui se tiendra en septembre 2021 en Chine «offrira une plate-forme large pour ceux qui recherchent des opportunités d’affaires sur le marché chinois et une excellente occasion de promouvoir les produits Made in Mauritius auprès du peuple chinois».

Port-Louis, capitale de l’île Maurice

Maurice exporte son sucre vers la Chine grâce à cet accord de libre-échange, mais aussi «depuis longtemps. Pendant les discussions de l’accord, la Chine a pris en considération les avantages de Maurice et y a inclus un quota tarifé de 50 000 tonnes de sucre de canne. Cela permettra d’éliminer davantage les barrières tarifaires, et contribuer à une hausse considérable de l’exportation du sucre, surtout des sucres spéciaux de Maurice vers le marché chinois et, de manière générale, apporter un soutien au développement de la plantation, la production et la vente de sucre de canne».

A l’instar du sucre, de nombreux domaines de coopération sont désormais possible via cet accord de libre-échange. Pour l’ambassadeur de Chine «la pandémie a profondément affecté l’économie mondiale, dont chinoise et mauricienne. Il faut savoir saisir les nouvelles opportunités en situation de crise».

En Chine, le commerce en ligne, l’enseignement à distance et les consultations médicales à distance se sont considérablement développées. «Tout ceci a énormément contribué au développement des technologies de communication, d’information et de logistique. À Maurice, après mes premiers contacts avec le gouvernement et le monde économique, un mois après ma prise de fonctions, je suis profondément impressionné par la compétitivité économique du pays et le niveau du développement de votre secteur des TIC, de même que votre plateforme financière», a indiqué le diplomate chinois.

«En ces temps difficiles, la Chine et Maurice pourraient saisir l’opportunité pour mettre en oeuvre l’accord de libre-échange et utiliser leurs avantages dans les nouvelles technologies pour sortir ensemble de la crise», a assuré Zhu Liying.

Ce dernier a expliqué que l’accord de libre-échange avec Maurice est «un accord unique entre la Chine et l’Afrique. Vous mesurez l’importance accordée par la Chine à la coopération mauricienne. La Chine soutient toujours Maurice dans son rôle important de trait-union sino-africain. Votre pays possède beaucoup d’atouts, comme sa position géographique privilégiée, sa stabilité politique, son environnement favorable au commerce et la qualité de ses ressources humaines. C’est un avantage pour faire redécoller l’économie nationale».