dimanche, juin 16

Le Brésil et l’Argentine saluent l’adhésion de nouveaux membres au groupe des BRICS

L’introduction de l’Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis (EAU) dans les BRICS confirme la volonté des deux pays de «renforcer leurs relations avec le monde entier».

L’Arabie saoudite, les EAU et l’Égypte font partie des six pays invités à adhérer au groupe BRICS lors du sommet du groupe. Cet élargissement du bloc devrait stimuler le commerce entre les pays arabes et l’Amérique du Sud. Créer des liens commerciaux et maintenir une entente dans le cadre d’un multi libéralisme dominée par les économie émergentes.

La nouvelle de l’adhésion de six nouveaux membres – dont trois nations arabes et l’Argentine – au groupe des BRICS a été très bien accueillie par les Argentins et les Brésiliens, car cela encouragera et renforcera le commerce avec le monde arabe.

Le Brésil et l’Argentine entretiennent des liens commerciaux étroits avec les pays arabes et participent à plusieurs projets communs avec certains d’entre eux depuis quelques années. Ils espèrent que leur participation commune aux BRICS permettra d’approfondir ses échanges.

Le 24 août, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a annoncé que les BRICS, qui ont tenu leur 15e sommet du 22 au 24 août à Johannesburg, ont décidé d’inviter six pays à les rejoindre: l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). L’adhésion à part entière devrait être effective le 1er janvier 2024.

Lire aussi : Les BRICS accueillent six nouveaux pays membres

Il s’agit de la première expansion en treize ans du groupe, fondé en 2009 par le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. L’Afrique du Sud a rejoint l’alliance en 2011.

Au cours de la dernière décennie, le bloc a mis en place plusieurs initiatives visant à consolider son importance géopolitique, notamment la Nouvelle Banque de développement et le Fonds de réserve d’urgence des BRICS.

Ces mesures ont donné aux BRICS la réputation d’être un groupe composé de certaines des économies émergentes les plus importantes, et d’être une alliance formée des principaux acteurs issus des «pays du Sud».

L’inclusion de l’Arabie saoudite et des EAU dans les BRICS démontre que les deux pays souhaitent «renforcer leurs relations avec le monde entier», a indiqué à Arab News l’historien, Tufy Kairouz, expert des relations entre le Brésil et le monde arabe.

Selon lui, «cette étape cruciale permettra de rapprocher le Mercosur des pays du Golfe», une référence au bloc commercial sud-américain créé en 1991. Les échanges commerciaux entre le Brésil et l’Arabie saoudite ont toujours été conséquents.

En 2022, les importations brésiliennes en provenance d’Arabie saoudite – principalement des produits pétroliers – ont atteint 5,3 milliards de dollars, et ses exportations vers le Royaume – de la volaille, du bœuf halal, et d’autres produits de base – se sont élevées à 2,9 milliards de dollars.

Le volume des exportations brésiliennes vers les EAU a également augmenté ces derniers mois, atteignant un niveau record de 3,2 milliards de dollars en 2022. Malgré les difficultés économiques de l’Égypte, «elle revêt une importance symbolique étant donné son rôle dans le mouvement des non-alignés dans les années 1960 et 1970, et c’est un marché important», a expliqué Tufy Kairouz. En 2022, les exportations brésiliennes vers l’Égypte se sont élevées à 2,8 milliards de dollars.

«Le fait d’avoir invité ces nations arabes est une initiative majeure des Brics et contribue à améliorer les relations du Brésil avec le monde arabe», a expliqué Ali Saifi, PDG de Cdial Halal, une société de certification halal au Brésil.

Ce dernier a indiqué à Arab News que «le Brésil est le premier exportateur mondial de produits halal et entretient d’excellentes relations avec la Ligue arabe. Les choses ne peuvent que s’améliorer maintenant que nous serons ensemble dans le même bloc».

Ali Saifi a également expliqué que l’Arabie saoudite et les EAU s’engagent dans de plus en plus de projets en Amérique du Sud, en particulier dans les domaines de l’énergie verte et des infrastructures.

De son côté, l’Argentine fait face à de nombreux problèmes financiers. Son adhésion aux BRICS n’est pas seulement importante sur le plan géopolitique, mais aussi sur le plan économique, a expliqué Mariela Cuadro, experte du Moyen-Orient et des pays du Sud et chercheuse au Conseil national de la recherche scientifique et technique de l’université nationale de San Martín, dans la banlieue de Buenos Aires.

Pour elle, «c’est un bloc qui permet à l’Argentine de nouer des liens avec de nouveaux pays et de consolider son identité en tant que membre des pays du Sud». Elle a précisé à Arab News, que les BRICS peuvent également servir de forum où les autorités et les fonctionnaires «pourront se rencontrer face à face et ouvrir de nouvelles possibilités de commerce», a ajouté Mariela Cuadro.

En 2022, les échanges commerciaux entre les EAU et l’Argentine ont atteint 1,8 milliard de dollars. Les exportations argentines vers l’Arabie saoudite se sont élevées à 1,1 milliard de dollars, avec un volume d’importations presque équivalent.

«Les BRICS représentent un nouveau paradigme pour la croissance économique et le commerce», a indiqué à Arab News Alfredo Abboud, secrétaire général de la Chambre argentine de commerce et de services pour les EAU.

Ce dernier a estimé que de nouvelles opportunités commerciales seront créées au sein du groupe, «qui rassemble des pays dont le territoire, la population et le produit intérieur brut sont importants et qui sont aussi des producteurs alimentaires de premier plan».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *