« L’impact de la pandémie de COVID-19 semble avoir accru l’importance du financement par capital-risque pour les sociétés bio/pharmaceutiques chinoises impliquées dans le développement de médicaments, afin de traiter les maladies infectieuses au cours des deux dernières années », a indiqué GlobalData, une société de données et d’analyse de premier plan.

Sharon Cartic, MSc, directrice associée pour les médicaments et les fondamentaux de l’entreprise chez GlobalData, a expliqué que « le financement par capital-risque de la bio/pharma chinoise pour les médicaments innovants contre les maladies infectieuses a augmenté de 277%, passant de 163 millions de dollars en 2017 à 615 millions de dollars en octobre 2021 ».

Une analyse de la base de données des transactions du Pharma Intelligence Center de GlobalData révèle que, comme dans le reste du monde, l’oncologie est toujours restée le premier domaine thérapeutique au cours des cinq dernières années pour le financement par capital-risque bio/pharmaceutique chinois de médicaments innovants étrangers, recueillant un total de 3,8$. contre seulement 1,4 milliard de dollars pour les maladies infectieuses.

Sharon Cartic a indiqué que « malgré le remaniement de la réglementation chinoise relative aux introductions en bourse, il reste encore du chemin à parcourir pour atteindre le nombre d’approbations de médicaments innovants par rapport aux États-Unis et à l’UE ».

Récemment, la Chine a procédé à des réformes réglementaires et d’introduction en bourse, notamment le lancement du Conseil de l’innovation scientifique et technologique de la Bourse de Shanghai (STAR) en juillet 2019 pour augmenter le développement de médicaments innovants et encourager les entreprises innovantes à s’inscrire avant de commercialiser un produit.

Pour Sharon Cartic, « alors que le premier médicament innovateur en oncologie développé en Chine, Brukinsa (zanubrutinib) par BeiGene, n’a reçu l’approbation de la FDA américaine qu’en novembre 2019, il reste à voir combien d’autres approbations de médicaments innovants d’origine chinoise seront vues dans les pays occidentaux tels que les États-Unis et l’UE à l’avenir ».