La Chine doit s’attaquer aux risques financiers de « manière claire et coordonnée » et mettre temporairement sa politique budgétaire à une position neutre, a déclaré le Fonds monétaire international (FMI), le 19 novembre.

« La reprise de la Chine est bien avancée mais elle est déséquilibrée et la dynamique ralentit, alors même que les risques baissiers s’accumulent », a déclaré le FMI dans un communiqué.

L’institution internationale a imputé ce ralentissement économique au retrait rapide des soutiens gouvernementaux à l’économie, à l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la consommation, aux récentes pannes électriques dans le pays et au ralentissement des investissements dans l’immobilier.

« La politique budgétaire, qui a été nettement contractionniste cette année, devrait temporairement adopter une posture neutre et se concentrer sur le renforcement de la protection sociale et la promotion des investissements verts plutôt que sur les dépenses d’infrastructure traditionnelles« , a déclaré le FMI.

Cette dernière a également appelé à une « approche globale de restructuration des banques », afin de renforcer le système bancaire chinois. Le FMI souhaite également que la Chine fasse des efforts d’ouverture des marchés et de réforme des entreprises d’État.

Les efforts déployés pour réduire la dette élevée des entreprises devraient s’accompagner de la mise en place de « cadres d’insolvabilité et de résolution fondés sur le marché », a déclaré le FMI.

Les représentants du fonds ont indiqué dans leur communiqué que le durcissement de la réglementation de Pékin à l’encontre du secteur technologique a accentué l’incertitude politique.

Lire aussi : sanction

Le FMI s’attend à ce que la croissance de l’économie chinoise atteigne 8% cette année et 5,6% en 2022 mais le communiqué indique que les risques d’abaissement de ces prévisions « s’accumulent ».