L’autorité chinoise de régulation du marché a annoncé le 20 novembre son intention d’infliger des amendes à plusieurs entreprises, dont Alibaba, Baidu et JD.com, pour ne pas avoir déclaré aux autorités 43 transactions remontant jusqu’à 2012.

Selon l’autorité, ces entreprises ont violé les règles de la concurrence. Les entreprises impliquées pourraient se voir infliger jusqu’à 500.000 yuans (environ 69.000 euros) d’amende chacun, le maximum autorisé par la loi anti-monopole de 2008.

Alibaba, Baidu et JD.com n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de la part de l’agence de presse Reuters. D’autant que Pékin a commencé à renforcer le cadre réglementaire dans lequel opère l’économie en ligne chinoise dans le but affiché de freiner les pratiques anticoncurrentielles.

D’ailleurs, la Chine a décidé de mettre en place « le bureau anti-monopole de la Chine », destin à « renforcer la supervision anti-monopole dans le pays ».

Lors de la cérémonie d’ouverture de ce bureau, le 18 novembre, Wang Yong, chef de la Commission anti-monopole du Conseil des Affaires d’Etat, a appelé à « un meilleur système de régulation pour créer un environnement de marché équitable ».

« Cette initiative démontre que le Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil des Affaires d’Etat attachent une grande importance à la lutte contre les monopoles », a indiqué ce dernier.

Ce bureau national anti-monopole est installé dans le même bâtiment que l’Administration d’Etat de contrôle du marché (AECM). Pour Wang Yong, la Chine soit « déployer des efforts pour accélérer l’amélioration du système de régulation anti-monopole et des règles et règlements, à maintenir un environnement de marché équitable, ainsi qu’à fournir un fort soutien à la construction d’un nouveau paradigme de développement, d’un système de marché de haut standard et d’un développement de haute qualité ».

Le chef de la Commission anti-monopole du Conseil des Affaires d’Etat a appelé le bureau à poursuivre la mise en oeuvre des politiques de concurrence loyale, à renforcer la supervision et l’application de la loi dans les domaines liés à l’économie de plate-forme, à l’innovation scientifique et technologique, à la sécurité de l’information et aux conditions de vie de la population.

Cependant, Wang Yong a prévenu que « toutes formes de monopole et de concurrence déloyale » et toutes actions « contre l’expansion désordonnée des capitaux » seront punis. Il a appelé à des efforts pour protéger les droits et intérêts légitimes des entités du marché et des consommateurs.

Wang Yong a également mis l’accent sur l’importance de créer un environnement de marché favorable à la compétition loyale et au développement sain des entités du marché. Le Conseil des Affaires d’Etat (gouvernement central) a nommé Gan Lin, chef adjoint de l’AECM, comme chef du nouveau bureau.