Certains centres commerciaux, comme celui du district de Fengtai à Beijing, de jeune mère peuvent recevoir un échantillon de couches d’un distributeur automatique situé dans une salle de soins pour bébés.

Pour la somme symbolique de 0,01 yuan (0,0016 dollar), il est possible d’acheter des produits pour enfants comme des lingettes humides, des couches, de la nourriture, etc. vendus dans une salle de soins de bébé ouverte par Tmall.com, la plate-forme de vente en ligne exploitée par le groupe chinois Alibaba.

Les installations d’allaitement maternel et de table à langer dans les lieux publics sont quasi inexistantes dans le pays le plus peuplé du monde. Raison pour laquelle, la filiale d’Alibaba a décidé de faire face à la demande croissante des couples. D’autant plus qu’avec la politique de l’enfant unique, les autorités poussent à la procréation pour faire face au vieillissement de la population.

Depuis 2015, de nombreuses mesures (garde d’enfants, sécurité sociale, service obstétrique, …) ont été mises en place pour faciliter la vie des jeunes parents. En début d’année 2018, Tmall a annoncé qu’il prévoyait de construire ou de rénover 1000 salles de soins pour bébés d’ici 2020 dans des grandes villes comme Beijing, Shanghai et Hangzhou.

Ces salles seront situées dans des centres commerciaux, des communautés et d’autres zones publiques densément peuplées, avec des installations de base. «Nous estimons qu’il en coûte environ 500 000 yuans (6700 €) par an pour faire fonctionner une salle de soins pour bébés, sans compter les frais de personnel et de location», a précisé Gong Kunpeng, de Tmall.com.

«Nous espérons donc qu’en coopérant avec différentes marques, nous pourrons rendre ce service plus durable», a assuré ce dernier. D’autant plus que depuis novembre 2016, plusieurs départements gouvernementaux ont publié une directive stipulant que les espaces publics totalisant plus de 10 000 m² et ayant un flux quotidien de plus de 10 000 passagers, devaient désormais disposer d’une salle de soins pour bébés d’au moins 10m².

Ye Xiaomin, un responsable de la Commission municipale de la santé de Beijing, a indiqué que «le gouvernement encourage l’implication des entreprises dans l’amélioration des infrastructures sociales», mais «nous espérons que les services seront durables étant donné que les salles de puériculture sont actuellement à différents niveaux en termes d’entretien, d’exploitation et de niveau d’installations du fait de la différence entre leurs exploitants», a-t-il dit.