L’exécutif de Hong Kong a présenté le 23 janvier au Parlement un projet de loi, qui puni condamnera de 6 000 € d’amendes ou 3 ans de prison quiconque « insultera » ou ne respectera pas l’hymne national chinois à Hong Kong.

22 ans après la rétrocession de Hong Kong à la Chine, les autorités de Beijing tentent d’intégrer un peu plus de patriotisme dans l’ex-colonie britannique.

Cette nouvelle loi est en soi un symbole, car elle est la réaction de Beijing à aux protestations politiques et idéologiques de différents partis politique et associations.

De plus lors d’événement sportif, certains supporters de Hong Kong s’étaient mis à huer leur propre hymne national chinois. Des sifflements en forme de manifestation politique contre l’influence grandissante de la Chine sur les affaires de Hong Kong. Pour des hongkongais, il s’agit également d’un prolongement du mouvement des parapluies de 2014.

Siffler l’hymne national est désormais un affront inacceptable pour les autorités continentales. Toute insulte publique et intentionnelle à cet hymne sera passible d’une amende de 50’000 dollars hongkongais, soit un peu plus de 5 570 euros. A cela s’ajoute une peine de prison pouvant aller jusqu’à 3 ans.