vendredi, juin 14

Le nouveau gouvernement cambodgien va maintenir des liens étroits avec la Chine

Le premier ministre du Cambodge a effectué une visite en Chine du 14 au 16 septembre. A cette occasion, Hun Manet a cherché à renforcer les liens avec la Chine.

Fils de Hun Sen, qui a dirigé le pays d’Asie du Sud-Est pendant près de 40 ans, Hun Manet a pris ses fonctions le 22 août. « À l’invitation du Premier ministre Li Qiang du Conseil des Affaires d’Etat, le Premier ministre cambodgien Hun effectuera une visite officielle en Chine », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mao Ning, dans un communiqué.

Un communiqué du ministère cambodgien des Affaires étrangères indique que Xi Jinping et Hun Manet ont discuté du renforcement des liens entre les deux pays, de la construction d’une « communauté Cambodge-Chine », des orientations stratégiques pour leurs relations bilatérales et des questions régionales et internationales.

Hun Manet, diplômé de West Point âgé de 45 ans, a déclaré que le nouveau gouvernement cambodgien maintiendrait une « position inchangée sur la politique d’une seule Chine«  de Pékin et une « politique de non-ingérence » envers la Chine.

La Chine a acquis une influence importante sur la politique et l’économie cambodgiennes, comme en témoignent les nombreux projets, hôtels et casinos financés par la Chine dans la capitale, Phnom Penh, et ailleurs dans le pays. Les banques d’État chinoises ont financé des aéroports, des routes et d’autres infrastructures construites grâce à des prêts chinois. Plus de 40% des 10 milliards de dollars de dette extérieure du Cambodge sont dus à la Chine.

A Pékin, Hun Manet a rencontré le président chinois Xi Jinping et a tenu une réunion avec le Premier ministre Li Qiang sur la coopération bilatérale et multilatérale, a indiqué le ministère cambodgien des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Alors que le Cambodge et la Chine commémorent le 65e anniversaire des relations diplomatiques et l’Année de l’amitié, cette prochaine visite de Samdech Thipadei HUN Manet est sur le point de consolider davantage le partenariat stratégique global de coopération entre les deux nations », a souligné le communiqué.

Hun Manet a également participé à la 20ème Exposition ASEAN-Chine les 16 et 17 septembre à Nanning, dans la région autonome Zhuang du Guangxi.

Mao Ning a déclaré que la Chine espère que cette visite « tracera la voie à suivre pour la coopération stratégique globale entre les deux pays dans la prochaine étape. En particulier, nous espérons mettre en œuvre rapidement les initiatives de coopération telles que le ‘Corridor de développement industriel’ et le ‘Corridor du poisson et du riz’, et inaugurer ensemble une nouvelle ère de construction d’une communauté de destin Chine-Cambodge de haute qualité, de haut niveau et de haut standard ».

Le maintien de liens étroits avec Pékin dans un contexte de concurrence stratégique croissante entre les États-Unis et la Chine sera probablement l’une des priorités du voyage, selon les analystes.

« L’alignement du Cambodge et de la Chine sur certains agendas de politique étrangère est certain. Lorsque deux pays ont des liens politiques et diplomatiques forts, ils s’offrent un soutien mutuel sur certains agendas », a déclaré Chhay Lim, chercheur invité au Centre d’études sur l’Asie du Sud-Est de l’Université royale de Phnom Penh.

Ce dernier a indiqué dans un courriel adressé à VOA Khmer qu’il « est clair que le Cambodge soutient la politique d’une seule Chine de Pékin et considère sa position sur le Xinjiang, Hong Kong et Taiwan comme des questions intérieures ».

« En retour, la Chine soutient le développement du Cambodge, malgré les critiques occidentales à l’encontre du régime de [l’ancien Premier ministre] Hun Sen concernant les violations des droits de l’homme, l’oppression des militants politiques, etc. », a déclaré Chhay Lim.

Le Cambodge se rapproche de la Chine et leurs relations ont été élevées au rang de ce que Pékin appelle le cadre de coopération « Diamond Hexagon ». Ce cadre, créé en février, se concentre sur six domaines prioritaires : la coopération politique, la capacité et la qualité de la production, l’agriculture, l’énergie, la sécurité et les échanges entre les peuples, selon l’agence de presse, Xinhua.

Le Cambodge soutient depuis de nombreuses années la Chine, notamment au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), en échange d’investissements, de prêts et de subventions importants de la Chine pour construire des infrastructures, selon des analystes de VOA Khmer.

Le Cambodge a décidé de ne pas participer aux premiers exercices militaires conjoints de l’ASEAN, proposés par l’Indonésie, président actuel du bloc, qui vise à s’exercer dans la mer de Chine méridionale contestée, que la Chine revendique.

« Le Cambodge ne veut pas participer [aux exercices] parce qu’il ne veut pas avoir de conflit avec la Chine », a déclaré Em Sovannara, professeur de sciences politiques à Phnom Penh, à VOA Khmer.

En tant que président de l’ASEAN en 2012, le Cambodge a été critiqué pour avoir bloqué un communiqué conjoint sur la mer de Chine méridionale parce qu’il défendait la position de la Chine sur les eaux contestées.

Lors du dernier sommet, l’ASEAN est restée divisée sur la manière de gérer les ambitions de la Chine dans les eaux contestées de mer de Chine méridionale. Yulius Hermawan, professeur de relations internationales à l’Université catholique Parahyangan de Bandung, en Indonésie, a déclaré qu’il était préoccupé par le fait que les dirigeants de l’ASEAN n’avaient pas réussi à montrer une réponse unie à la Chine, ce qui « pourrait refléter un haut degré de capacité de la Chine à diriger ».

Parmi les États membres de l’ASEAN, les Philippines, le Vietnam, la Malaisie et Brunei sont des demandeurs officiels contre la Chine. Ils n’ont pas réussi à impliquer les six autres membres – le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, le Myanmar, Singapour et la Thaïlande – pour résoudre les différends en mer de Chine méridionale, dans une déclaration commune lors du dernier sommet annuel du bloc.

Certains estiment que le Cambodge pourrait chercher à s’engager avec les pays occidentaux tout en conservant des liens étroits avec la Chine. Chhay Lim, universitaire cambodgien, a déclaré que Hun Manet comprend clairement les perspectives occidentales, affirmant que la principale question n’est pas de savoir si le Cambodge va changer sa stratégie envers la Chine, mais si Phnom Penh peut « formuler des stratégies pour s’engager avec les pays occidentaux ou entretenir des relations plus amicales avec eux » pour des bénéfices économiques potentiels, étant donné que les États-Unis et l’UE restent ses plus grands marchés d’exportation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *