dimanche, juin 16

« Le sommet sera un tournant pour restaurer pleinement le système de coopération trilatérale »

Les dirigeants de la Corée du Sud, de la Chine et du Japon tiendront leur premier sommet trilatéral depuis plus de quatre ans à Séoul les 26 et 27 mai, a annoncé la présidence sud-coréenne.

Le président sud-coréen, Yoon Suk-yeol, aura des entretiens bilatéraux avec le Premier ministre chinois, Li Qiang, et le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, le 26 mai, avant leur rencontre trilatérale prévue le 26 mai, a déclaré le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Kim Tae-hyo.

Les trois hommes adopteront une déclaration commune portant sur six domaines dont l’économie et le commerce, la science et la technologie, les échanges culturels ainsi que la santé et le vieillissement démographique.

« Le sommet sera un tournant pour restaurer et normaliser pleinement le système de coopération trilatérale entre la Corée du Sud, le Japon et la Chine. Il fournira aussi une opportunité pour retrouver un élan pratique orienté vers l’avenir et permettre aux peuples des trois pays de ressentir les bénéfices », a déclaré Kim Tae-hyo lors d’un point presse.

La Corée du Sud et le Japon devraient demander à la Chine de jouer un rôle pour apaiser les menaces nucléaires et de missiles sur fond de préoccupations sur la fourniture d’armes de la Corée du Nord à la Russie pour la guerre en Ukraine, selon l’agence de presse sud-coréenne, Yonhap.

La Chine pourrait elle aborder les inquiétudes pour sa sécurité avec l’approfondissement de la coopération trilatérale entre Séoul, Washington et Tokyo, qui ont effectué des exercices militaires conjoints depuis le sommet à Camp David.

La Chine, le Japon et la Corée du sud s’étaient accordés en 2008 sur la tenue annuelle d’un sommet pour stimuler la coopération dans la région. Mais cette initiative a été interrompue par la pandémie et des tensions bilatérales. Le dernier sommet trilatéral s’est tenu en 2019.

Ce sommet se tiendra alors que la Chine accuse les États-Unis d’attiser les tensions dans la région en renforçant son partenariat de sécurité avec la Corée du Sud et le Japon, qui de leur côté s’efforcent d’améliorer leurs relations, toujours marquées par les questions mémorielles liées à la Seconde Guerre mondiale.

La Corée du Sud et le Japon ont également mis en garde contre toute tentative de modifier par la force le statu quo dans le détroit de Taïwan, tandis que la Chine a critiqué la décision des parlementaires sud-coréens et japonais d’assister à l’investiture du président taïwanais Lai Ching-te.

Le Premier ministre chinois participera au 9e sommet trilatéral Chine-Japon-Corée du sud

Le Premier ministre chinois, Li Qiang, participera au 9e sommet trilatéral entre la Chine, le Japon et la République de Corée, a annoncé Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Ce dernier a indiqué lors d’un point presse que « dans le contexte des changements complexes du paysage international et régional, la partie chinoise souhaitait voir ce sommet injecter une nouvelle vitalité à la coopération trilatérale et permettre d’obtenir des résultats mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant entre les trois pays ».

« La Chine souhaite travailler avec le Japon et la République de Corée pour mettre en œuvre des accords communs importants tels que la Vision de la coopération trilatérale pour la prochaine décennie, approfondir la coopération dans des domaines comme l’économie, le commerce, la science et la technologie, et la culture, promouvoir l’intégration économique régionale en Asie de l’Est, et contribuer à la paix, à la stabilité et à la prospérité de la région et du monde », a déclaré le porte-parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *