La croissance du secteur manufacturier s’est redressée de manière inattendue en août, montrant, selon les économistes, la résistance de la deuxième économie mondiale, malgré la baisse des commandes à l’exportation pour le troisième mois consécutif.

L’industrie manufacturière subit les conséquences du choc potentiel sur les exportations issues des tensions commerciales avec les Etats-Unis. A cela s’ajoute une hausse des coûts de financement, un ralentissement de l’investissement et une diminution de la consommation des ménages.

L’indice PMI officiel des directeurs d’achats a très légèrement augmenté, à 51,3 en août contre 51,2 en juillet. Depuis 25 mois consécutifs, l’indice est au-dessus du seuil de 50 à partir duquel il correspond à une expansion. D’après l’agence de presse britannique Reuters, les analystes avait prédit une baisse pour le troisième mois d’affilée, avec un indice PMI de 51,0.

Selon Zhao Qinghe du Bureau national de la statistique, la lecture de l’indice PMI montre que le secteur manufacturier continue de se développer à un rythme soutenu, mais la montée du protectionnisme et d’autres incertitudes externes nuisent aux exportations et aux importations.

Ainsi, le sous-indice des commandes nouvelles à l’exportation a reculé pour le troisième mois consécutif, à 49,4 en août contre 49,8 le mois précédent, à son plus bas niveau depuis février dernier. Idem pour le sous-indice des commandes nouvelles à l’importation, considéré comme un baromètre de la demande intérieure. Il a reculé à 49,1, contre 49,6 en juillet, à son niveau le plus bas depuis au moins un an.

Face à la hausse des coûts de financement, la croissance s’est essoufflée avant la montée des tensions commerciales entre Beijing et Washington. La croissance de l’investissement est à son plus bas et les consommateurs plus frileux.
Le secteur tertiaire représente plus de la moitié de l’économie. Son indice officiel PMI a progressé à 54,2 contre 54,0 en juillet, qui était son plus bas en onze mois. L’indice PMI composite, regroupant l’industrie et les services, a également avancé, à 53,8 en août contre 53,6 le mois précédent.