Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le 24 février que le virus COVID-19 pouvait être contenu sur la base des conclusions de la mission conjointe OMS-Chine en Chine, réalisée ces derniers jours.

Lors d’une conférence de presse, le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué que l’équipe composée des représentants de l’OMS et de la Chine venait de conclure sa mission en Chine et qu’elle leur fournirait des détails sur ses conclusions ce 25 février.

« Mais le principal message qui devrait donner à tous les pays espoir, courage et confiance est que le virus peut être contenu », a assuré Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a expliqué que l’équipe s’est rendue dans plusieurs provinces du pays, dont la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie.

Il a indiqué qu’elle avait tiré un ensemble de conclusions sur la transmissibilité du virus, la gravité de la maladie et l’impact des mesures prises.

« L’épidémie a atteint un pic et s’est maintenu à un niveau stationnaire entre le 23 janvier et le 2 février (en Chine), et elle a reculé régulièrement depuis », a indiqué ce dernier, ajoutant que le virus n’avait enregistré aucun changement significatif d’ADN.

En effet, ce dernier a expliqué que l’équipe a constaté qu’il n’y avait pas eu de changement significatif dans l’ADN du virus, que le taux de mortalité se situe entre 2% et 4% à Wuhan et 0,7% en dehors de Wuhan et que « pour les personnes atteintes d’une maladie bénigne, le temps de récupération est d’environ deux semaines, tandis que les personnes atteintes d’une maladie grave ou critique récupèrent en trois à six semaines ».

« L’équipe estime également que les mesures prises en Chine ont permis d’éviter un nombre important de cas », a souligné ce dernier. Toutefois, le directeur général de l’OMS a mis en garde contre toute baisse de vigilance face à l’épidémie : « c’est le moment pour tous les pays, toutes les communautés, les familles et les personnes de se concentrer sur la préparation », a réaffirmé le directeur de l’OMS.

« Nous devons concentrer nos efforts en vue de contenir le virus, tandis que nous faisons tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie ».