jeudi, juin 13

Les dirigeants américains saluent l’élection de Lai Ching-te

La Chine a indiqué s’être plainte le 21 mai auprès des Etats-Unis des félicitations que le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a adressées au nouveau dirigeant de Taïwan, Lai Ching-te.

Lai Ching-te a prêté serment le 20 mai a été qualifié dans le passé de «dangereux séparatiste» par Pékin. Dans son message de félicitations, M. Blinken a dit espérer que Washington et Taipei maintiendraient « la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan ».

Lors d’un point presse, Wang Wenbin, porte-parole de la diplomatie chinoise a indiqué que « ce que les États-Unis ont fait viole gravement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, et viole leur engagement politique de maintenir uniquement des relations culturelles, commerciales et autres relations non officielles avec la région de Taiwan. Cela envoie un signal très erroné aux forces séparatistes de ‘l’indépendance de Taiwan’. La Chine le déplore et s’y oppose, et a formulé de sérieuses protestations auprès des États-Unis ».

De son côté, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré que « les séparatistes » de Taïwan seraient « cloués au pilori pour l’histoire ». « La trahison de Lai Ching-te envers la nation et ses ancêtres est honteuse. Mais quoi qu’ils fassent, ils ne pourront pas empêcher la Chine de parvenir à une réunification complète », a déclaré Wang Yi au cours d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’Organisation de Shanghai pour la coopération (OCS).

« La question de Taiwan est au cœur même des intérêts fondamentaux de la Chine et constitue la première ligne rouge à ne pas franchir dans les relations sino-américaines. La Chine s’oppose fermement à toute interaction officielle sous quelque forme que ce soit entre Taiwan et les États-Unis et s’oppose à toute ingérence américaine dans les affaires de Taiwan, sous quelque forme ou sous quelque prétexte que ce soit », a ajouté Wang Wenbin.

Si les Etats-Unis reconnaissent la Chine au détriment de Taïwan depuis 1979, Washington est resté le partenaire le plus important de Taipei et son principal fournisseur d’armes. La Chine a dévoilé de nouvelles sanctions contre trois entreprises américaines vendant des armes à Taïwan.

Lire aussi : Des entreprises américaines vendant des armes à Taïwan sanctionnées par la Chine

Huit chefs d’Etat, ceux des rares pays qui reconnaissent Taïwan, ont participé à la cérémonie d’investiture du président taïwanais lundi ainsi que plusieurs dizaines de délégations. Une délégation américaine – comprenant l’ancien directeur du Conseil économique national, Brian Deese, et l’ancien secrétaire d’Etat adjoint Richard Armitage – y a assisté à Taipei.

« Nous exhortons les États-Unis à corriger immédiatement leurs actes répréhensibles, à donner suite à l’engagement du président Biden de ne pas soutenir ‘l’indépendance de Taiwan’, ‘deux Chines’ ou ‘une Chine, un Taiwan’ et à ne pas utiliser Taiwan comme un outil pour contenir la Chine, à cesser de truquer et à affaiblir le principe d’une seule Chine, cesser d’enhardir et de soutenir les forces séparatistes de ‘l’indépendance de Taiwan’ sous quelque forme que ce soit et cesser de perturber la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan », a déclaré Wang Wenbin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *