vendredi, juin 14

Des entreprises américaines vendant des armes à Taïwan sanctionnées par la Chine

Le ministère chinois du Commerce a annoncé l’inscription de certaines entreprises sur la liste d’entités non fiables pour avoir vendu des armes à la région chinoise de Taiwan.

Trois sociétés seront placées sur la liste des «entités non fiables» et interdites de toute activité d’import-export liées à la Chine, et de faire de nouveaux investissements en Chine. Les entreprises concernées sont General Atomics Aeronautical Systems, General Dynamics Land Systems et Boeing Defense, Space & Security.

À peine investi, Lai Ching-te, le nouveau président de Taïwan fait face à de nouvelles pressions venant de Chine. Selon l’agence de presse, Xinhua, toutes trois vont être placées sur « la liste des entités non fiables » du gouvernement chinois. Elles seront « interdites de toute activité d’import-export liée à la Chine et tout nouvel investissement en Chine ».

« Les cadres supérieurs de ces entreprises sont interdits d’entrée en Chine, leurs permis de travail seront révoqués, de même que leur statut de visiteur et de résident, et les demandes connexes qu’ils soumettront ne seront pas approuvées« , d’après le ministère.

« Ces mesures sont prises pour sauvegarder la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine », a déclaré l’institution.

Ce n’est pas la première fois que la Chine prend de telles mesures. En janvier, BAE Systems Land and Armament, Alliant Techsystems Operations, AeroVironment, Viasat et Data Link Solutions avaient été sanctionné. Cette situation n’a pas empêché les États-Unis d’approuver, le mois dernier, plusieurs milliards de dollars d’aide militaire à Taïwan.

Lai Ching-te succède à Tsai Ing-wen, dont les huit années de mandat ont été marquées par une détérioration des relations avec la Chine. Lors de son investiture, il a appelé la Chine à «cesser ses intimidations politiques et militaires». Il a aussi évoqué de manière directe le risque de guerre après des années d’une pression croissante exercée par la Chine pour que Taïwan passe sous son contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *