lundi, mai 20

Les États-Unis mettent en garde contre l’envoi de policiers chinois à Kiribati

Les États-Unis ont mis en garde les pays insulaires du Pacifique contre l’assistance des forces de sécurité chinoises après l’information révélée par l’agence de presse Reuters, rapportant que la police chinoise travaillait dans l’atoll de Kiribati, non loin d’Hawaï.

Le commissaire de police par intérim de Kiribati, Eeri Aritiera, a déclaré à Reuters que des agents chinois en uniforme travaillaient avec la police. Ils font partie d’un programme visant à instaurer une police de proximité et un programme de base de données sur la criminalité.

Lire aussi : La Chine échange sur le maintien de l’ordre avec des responsables des îles du Pacifique

Cette nouvelle apparait alors qu la Chine renforce ces liens sécuritaires avec les îles du Pacifique. Interrogé sur le rapport de Reuters, un porte-parole du département d’État américain a indiqué : « Nous ne pensons pas que l’importation de forces de sécurité de la RPC (République Populaire de Chine, ndlr) aidera les pays insulaires du Pacifique. Au contraire, cela risque d’alimenter les tensions régionales et internationales ».

Ce dernier a ajouté que Washington ne tolérait pas les « efforts de répression transnationaux » de la Chine, notamment ses tentatives d’établir des postes de police dans le monde entier.

« Nous sommes préoccupés par les implications potentielles des accords de sécurité et de la cybercoopération en matière de sécurité avec la RPC sur l’autonomie de toute nation insulaire du Pacifique », a déclaré le porte-parole.

Kiribati est une nation de 115 000 habitants dont l’île la plus proche se trouve à 2 160 km (1 340 miles) au sud d’Honolulu. Les Kiribati sont considérées comme stratégiques, en raison de leur proximité relative avec Hawaï, et parce qu’elles possèdent l’une des plus grandes zones économiques exclusives du monde, couvrant plus de 3,5 millions de kilomètres carrés dans le Pacifique.

La Chine a annoncé son intention de reconstruire une piste d’atterrissage de l’armée américaine datant de la Seconde Guerre mondiale sur l’île de Kanton, aux Kiribati, suscitant l’inquiétude des États-Unis.

Les États-Unis ont riposté en s’engageant, en octobre, à moderniser le quai de l’île de Kanton, une ancienne base militaire américaine, et ont dit vouloir ouvrir une ambassade à Kiribati.

La Chine n’a pas répondu à une demande de commentaire de l’agence de presse Reuters sur le rôle de sa police, mais dans un message publié en janvier 2024 sur les réseaux sociaux, son ambassade a nommé le chef du « poste de police chinois à Kiribati ».

Le commissaire de police par intérim de Kiribati, Eeri Aritiera, a déclaré que Kiribati avait demandé l’aide de la Chine en matière de police en 2022, mais qu’il n’y avait pas de poste de police chinois. Une douzaine de policiers chinois en uniforme sont arrivés en 2023 pour une rotation de six mois.

Lire aussi : Une alliance mais pas d’accord entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique

Une source de l’ambassade chinoise a confirmé que les officiers en uniforme travaillaient à Kiribati, mais a également déclaré que la Chine n’avait pas établi de poste de police.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *