mardi, juin 25

Les États-Unis savent pourquoi le dialogue militaire sino-américain rencontre des difficultés

« Les États-Unis sont parfaitement au courant de la raison pour laquelle le dialogue militaire sino-américain est confronté à des difficultés« , a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères suite aux déclarations de dirigeants américains concernant le refus « de la Chine d’une éventuelle réunion entre les chefs de la défense chinois et américain.

Le 29 mai, le Wall Street Journal (WSJ) a cité une déclaration du Pentagone, selon laquelle la Chine a informé les États-Unis qu’elle « avait décliné l’invitation de ces derniers au début du mois de mai » pour une réunion entre le conseiller d’État et ministre chinois de la Défense nationale, Li Shangfu, et le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, durant le 20e Dialogue de Shangri-La organisé par l’Institut international d’études stratégiques (IISS) à Singapour du 2 au 4 juin.

Lire aussiSelon le Pentagone, Pékin a refusé de rencontrer le secrétaire américain à la Défense

Pour Mao Ning, porte-parole de la diplomatie chinoise, « les États-Unis devraient respecter sincèrement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de la Chine, corriger immédiatement leurs mauvaises pratiques, faire preuve de sincérité, et créer l’atmosphère et les conditions nécessaires au dialogue et à la communication entre les armées chinoise et américaine ».

A la suite d’une question posée sur les sanctions américaines prisent contre l’actuel ministre de la défense, Li Shangfu, elle a laissé entendre que les États-Unis devraient d’abord « s’attaquer aux obstacles présents sur la voie de la communication bilatérale mis en place par la partie américaine« .

Ce dernier a été sanctionné par les Etats-Unis, en septembre 2018, alors qu’il était directeur du Département du développement de l’équipement, pour avoir conclu des « transactions significatives » avec le corps principal d’exportation d’armes de la Russie, Rosoboronexport. La Chine avait alors dénoncé ces sanctions.

Lire aussi : Li Shangfu, le nouveau ministre de la Défense

A la suite de l’article du WSJ, le haut colonel Tan Kefei, porte-parole du ministère chinois de la Défense nationale, a annoncé que le ministre Li Shangfu participerait au 20e Dialogue de Shangri-La et se rendrait à Singapour de mercredi à dimanche. Un communiqué de presse de l’IISS indique que l’institut « est ravi d’annoncer » que Li Shangfu y prononce un discours majeur.

Des experts chinois ont dénoncé « le buzz médiatique et le silence asymétrique du Pentagone sur une conversation en personne entre les chefs de la défense chinois et américain pourraient être considérés comme le dernier ballon d’essai des États-Unis à la fois pour faire pression sur la Chine et pour faire d’elle un bouc émissaire qui sera responsable s’il n’y a finalement pas de réunion ».

Song Zhongping, un expert militaire et commentateur de télévision chinois, a déclaré au Global Times que « les liens militaires entre la Chine et les États-Unis ont touché le fond étant donné les provocations continues des États-Unis, telles que leurs missions de reconnaissance rapprochée dans la périphérie de la Chine et leur utilisation sans scrupule de la carte de Taïwan ».

« Dans ce contexte, en montrant un visage proactif pour essayer de parler à la Chine, l‘objectif ultime des États-Unis n’est pas la réunion elle-même, mais de présenter une image hypocrite pour le public tant au pays qu’à l’étranger« , a indiqué ce dernier.

Il a ajouté qu’ »un dialogue avec un tel objectif, même s’il a lieu, n’aboutira à aucun résultat d’importance et de valeur pratiques ». D’autant plus que les relations entre la Chine et les Etats-Unis se sont fortement tendues ces dernières années sur les fronts politiques, diplomatiques, économiques et technologique.

« Les États-Unis ne pourraient moins se soucier de la paix et de la stabilité dans la région, alors qu’ils restent fixés sur leur hégémonie mondiale », a souligné ce dernier, qui atteste que « les États-Unis sont trop superficiels pour prétendre qu’ils veulent discuter. Pour qu’une réunion ait lieu et qu’elle compte, les États-Unis doivent faire preuve de davantage de sincérité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *