vendredi, mai 24

Les ménages, moteurs de l’endettement public

Traditionnellement connus pour être plus « fourmis » que « cigales« , les jeunes générations n’hésitent plus à emprunter, massivement, pour satisfaire leur envie de consommation.

Ce nouveau modèle de consommation a été vivement encouragé par le gouvernement, qui a facilité l’accès au crédit depuis 2008, afin de soutenir l’économie et de participer à la transition économique du pays.

En une dizaine d’année, la dette totale du pays est passée de 140% à 260% du PIB, poussé par le ralentissement de l’activité économique. La croissance est tombée l’an dernier à 6,7%, son niveau le plus faible depuis 25 ans.

Les ménages sont devenus l’un des moteurs de la hausse de l’endettement, avec une augmentation de leurs emprunts, de 19% en moyenne par an depuis 2011, a indiqué à l’Agence France Presse, Chen Long, économiste au cabinet Gavekal Dragonomics.

La dette des ménages va doubler pour atteindre 8’600 milliards d’euros en 2020, soit 70% du PIB, contre 30% en 2013. « Les autres pays ont mis des décennies pour parvenir à ce résultat« , observe l’analyste, qui y voit l’effet de l’abaissement des critères d’attribution de prêt aux ménages chinois.

La flambée du prix des logements fait redouter une bulle immobilière, contre laquelle le gouvernement cherche à se prémunir en relevant par exemple le minimum de l’apport personnel exigé lors d’un achat. Sans parvenir à enrayer la hausse du mètre carré.

Coté automobile, les faibles taux d’intérêt encouragent les jeunes à s’offrir des modèles neufs et plus chers. Le crédit auto augmente de 40% par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *