La Chine a convenu lors d’une réunion de haut niveau avec les États-Unis de travailler ensemble à l’amélioration d’une relation extrêmement tendue, depuis la découverte de l’épidémie de Covid-19. Malgré les pourparlers «constructifs» entre la Chine et les Etats-Unis, les deux représentants ont indiqué qu’ils resteraient fidèles à leurs positions concernant leurs différends.

Yang Jiechi, conseiller d’état

D’après le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, le haut diplomate Yang Jiechi a « appelé à remettre les relations sino-américaines sur la voie de la coordination, de la coopération et de la stabilité lors d’une récente réunion avec le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, déclarant que la Chine est fermement résolue à sauvegarder ses intérêts fondamentaux ».

Cette première rencontre a eu lieu à Hawaï depuis que les relations ont atteint un niveau de méfiance historique. Restant sur leurs positions, Yang Jiechi a rappelé au secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, que « les affaires de Hong Kong, y compris la mise en place d’un système juridique et de mécanismes d’application pour garantir la sécurité nationale à Hong Kong, sont purement des affaires intérieures de la Chine. La Chine est résolument déterminée à faire avancer la législation sur la sécurité nationale », a indiqué Zhao Lijian.

« La Chine exhorte la partie américaine à respecter la souveraineté de la Chine, à considérer la législation objectivement et équitablement, et à cesser de se mêler des affaires intérieures de Hong Kong sous quelque forme que ce soit », a déclaré le porte-parole chinois.

Quant à la question de Taïwan, Yang Jiechi a rappelé qu’« il n’y a une seule Chine dans le monde et que Taïwan est une partie inaliénable de la Chine. Le principe d’une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines ».

« La Chine est résolument déterminée à sauvegarder ses intérêts fondamentaux. Nous demandons aux Etats-Unis de respecter sérieusement le principe d’une seule Chine et les trois Communiqués conjoints sino-américains, de traiter avec prudence et de manière appropriée les questions relatives à Taïwan », a déclaré Zhao Lijian

Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi serre la main du secrétaire d’État américain Mike Pompeo en octobre 2018

De son côté, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a mis en garde les Européens sur les risques d’une « dépendance » de la Chine, qui menace selon lui les démocraties occidentales.

« Le Parti communiste chinois veut vous obliger à choisir’ entre les Etats-Unis et la Chine, a-t-il prévenu lors d’une intervention au sommet sur la démocratie de Copenhague. ‘On ne peut pas enjamber cette alternative sans renier qui nous sommes. Les démocraties qui dépendent de régimes autoritaires ne méritent pas leur nom », a assuré ce dernier.

« J’espère entendre davantage de déclarations publiques de la part de l’Europe au sujet du défi chinois », a ajouté le secrétaire d’Etat dans l’un de ses discours les plus durs à ce jour à l’égard de Pékin.

« Il faut parler clairement. Et surtout, il faut agir de manière décisive pour ne laisser place à aucune confusion dans le choix entre la tyrannie et la liberté », a insisté Mike Pompeo, deux jours après avoir rencontré le haut responsable chinois Yang Jiechi à Hawaï.