L’indice des prix à la production (IPP) de la Chine, qui mesure les coûts des biens à la sortie de l’usine, a augmenté de 0,9% en base annuelle en septembre, a déclaré vendredi le Bureau d’Etat des statistiques.

Ce chiffre a baissé par rapport à la hausse annuelle de 2,3% enregistrée en août. Sur une base mensuelle, l’IPP de la Chine a diminué de 0,1% en septembre. Il s’agit de leur rythme le plus faible depuis janvier 2021.

En raison de la baisse des prix des matières premières, y compris celui du pétrole brut international, les prix des produits industriels ont chuté sur l’ensemble du mois dernier, a déclaré la statisticienne principale du BES, Dong Lijuan. Ce dernier a indiqué qu’à l’inverse la demande intérieure s’est redressée dans certains secteurs.

L’indice du coût des marchandises à la sortie des usines s’est ainsi tassé en septembre. L’IPP de l’industrie de l’extraction et du lavage du charbon a baissé de 2,7% en glissement annuel en septembre, tandis que celui de l’industrie de la production et de la fourniture d’électricité et de chauffage a augmenté de 10,1% en glissement annuel en septembre, d’après les données.

L’effet de report des mouvements de prix de l’année dernière a contribué à environ 1,3 point de pourcentage à la croissance de l’IPP en glissement annuel en septembre, selon le BES.

Cette situation contraste avec celle de l’automne 2021 quand les coûts de production en Chine avaient connu leur plus forte hausse depuis 25 ans, sur fond de flambée des prix des matières premières.

De son côté, l’indice des prix à la consommation, principale jauge de l’inflation, s’est inscrit en septembre en hausse de 2,8% sur un an, après 2,5% un mois plus tôt. Cet indice progresse à son rythme le plus rapide depuis 2020.

Lire aussi : Hausse record des prix à la consommation, les économistes chinois confiants

Cette tendance s’explique en partie par la hausse du prix des produits alimentaires, notamment celle du porc qui a bondi en septembre de 36% sur un an. De plus, d’un mois à l’autre, le prix de la viande la plus consommée de Chine prend encore 5,4%, malgré une intervention des autorités sur le marché pour enrayer cette flambée. Le mois dernier, la Chine a puisé à plusieurs reprises dans ses réserves nationales de porc.

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, en février, la Chine est relativement épargnée par la flambée mondiale des prix dans l’alimentaire. Cependant, les autorités restent attentives sur les cours du porc, depuis qu’une épidémie de peste porcine a décimé le cheptel chinois en 2019.