La longue période de confinement, en raison de l’épidémie de COVID-19, semble avoir resserré les liens entre les résidents d’une même communauté, mais a également entraîné une hausse du nombre de divorce.

« Dans la bataille contre le virus, les gens ne pouvaient pas rencontrer d’autres membres de leur famille, et les personnes les plus proches autour d’eux étaient leurs voisins. Ils ont besoin de partager des informations sur la situation dans leur communauté et de se soutenir mutuellement, de sorte que leur relation s’est améliorée », a expliqué Ma Sainan, avocate fournissant des services juridiques pour le mariage et les affaires familiales .

Ce dernier a expliqué au Global Times que le nombre de cas de divorce et de litiges en divorce qu’elle a pris en charge à Beijing de février à début avril 2020 a connu une légère augmentation par rapport à la même période de 2019.

« Différentes personnalités et valeurs, différents concepts sur l’éducation des enfants et différentes habitudes de vie sont les principales causes qui ont conduit au divorce entre les couples », a déclaré Ma Sainan.

L’avocate a expliqué qu’en temps normal les gens ont différentes façons de décharger leurs émotions négatives, mais avec la quarantaine à la maison, ils n’ont pas pu sortir pour se détendre. Certaines ont pu perdre leur calme et se quereller avec leur conjoint, entraînant une crise dans le mariage.

Dans le même, le Covid-19 a créé de l’anxiété chez de nombreuses personnes. Certaines ne parvenaient pas à accepter le comportement de leur conjoint face à la crise sanitaire, les laissant penser qu’elles ne partageaient pas une vision commune de la vie. Elles ont alors choisit de mettre fin à leur relation, selon les arguments avancés dans les demandes de divorce.

Lire aussi : Angoisse, isolement, confinement, les chinois stressent

« Le temps de contact et l’intimité des gens ne sont pas proportionnels, et la distance produit parfois de la beauté. Compte tenu du rythme rapide de la vie moderne, les gens doivent jouer différents rôles, comme être un employé, un fils et un mari par jour. Mais la quarantaine leur a donné trop de temps pour rester ensemble, et ce changement a mis beaucoup de gens mal à l’aise », a déclaré l’avocate.

Ma Sainan propose aux couples qu’elle rencontre de partager ou développer des passe-temps en communs, comme la cuisine pour rendre la vie plus joviale lorsqu’ils sont coincés à la maison. « Une bonne relation pour un couple, c’est comme jouer à un jeu d’échecs qui ne finira jamais, et chaque section aura une réponse de l’autre », a déclaré au Global Times, Zhang Tianbu, directeur du département de psychologie de l’hôpital populaire provincial de Shaanxi.

Ce dernier a indiqué que lorsqu’une querelle se produit, la meilleure option n’est pas de blâmer l’autre immédiatement, mais d’exprimer d’abord ses propres idées et de donner à l’autre le temps de réfléchir. Cette période de réflexion peut éviter une querelle féroce. « Parfois, nous devons mieux nous connaître, puis nous pouvons demander à l’autre d’être meilleur », a-t-il déclaré.